La Station spatiale internationale a réalisé une manœuvre pour éviter des débris spatiaux ce 22 septembre. En un an, c'est la troisième fois que ce risque se présente.

Une «  manœuvre d’évitement » a dû être menée ce mardi 22 septembre 2020 par la Station spatiale internationale. Sur son blog, l’Agence spatiale américaine (Nasa) a précisé qu’aucun membre de l’équipage de l’ISS n’avait été mis en danger lors de l’opération, qui visait à éviter des débris spatiaux.

Par précaution, l’orbite de l’ISS a été élevée. La manœuvre a duré 150 secondes et a été effectuée aux alentours de 23h20 (heure française). Le risque de rapprochement ayant été connu tardivement, les membres de l’équipage actuel de la station (Expédition 63) ont été invités à se déplacer dans la partie russe de l’habitacle. Ainsi, ils étaient plus proches du vaisseau Soyouz, en cas de problème.

La Station spatiale internationale. // Source : Flickr/CC/Nasa

Grâce à cette manœuvre, la Nasa précise que l’orbite de la station a été déplacée par rapport à la trajectoire des débris. Selon les estimations, les débris risquaient de se trouver à moins de 1,39 kilomètre de la station, aux alentours de 0h20 ce 23 septembre (heure française). Après cette manœuvre, l’équipage a pu reprendre ses activités habituelles dans toutes les parties de la station.

La troisième manœuvre de ce genre cette année

L’origine de ces débris n’est pas précisée, comme le font remarquer nos confrères de The Verge. Sur Twitter, l’administrateur de la Nasa Jim Bridenstine a souligné que la station a dû manœuvrer à trois reprises cette année pour éviter un risque de rapprochement avec des débris.

La question des débris spatiaux et des risques qu’ils représentent est loin d’être anecdotique. Le problème est si préoccupant que l’Agence spatiale européenne (ESA) compte lancer une mission de nettoyage de l’espace à l’horizon 2025. L’agence estime que plus de 5 400 objets de taille supérieure à 1 mètre considérés comme des débris se trouvent en orbite autour de notre planète.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo