L'Agence spatiale américaine sollicite les entreprises pour lui fournir des échantillons lunaires. La Nasa recherche une société qui pourra réaliser un prélèvement à n'importe quel endroit sur la Lune, puis lui transférer ce matériau.

La Nasa fait appel aux entreprises privées pour lui fournir des échantillons lunaires. Dans une publication de blog du 10 septembre 2020, l’administrateur de la Nasa Jim Bridenstine annonce qu’une société pourra, pour le compte de la Nasa, réaliser un prélèvement sur la Lune. L’élément collecté deviendra ensuite la propriété de la Nasa. Avec cette décision, l’agence encourage clairement l’exploration de l’astre par des acteurs privés.

« Une entreprise collectera une petite quantité de poussière lunaire ou de roches à n’importe quel endroit sur la surface lunaire, fournira à la Nasa des images de la collecte et du matériel collecté », écrit l’administrateur de la Nasa. L’agence donne pour objectif d’avoir récupéré le matériel avant 2024. Toutes les entreprises, pas uniquement américaines, peuvent participer à ce concours.

Échantillons lunaires rapportés par la Nasa. // Source : Flickr/CC/Jeff Stvan (photo recadrée)

La collecte de l’échantillon ainsi que son transfert auprès de la Nasa doivent servir de démonstration pour montrer qu’un commerce spatial peut exister sur la Lune, résume une vidéo accompagnant un tweet de Jim Bridenstine. Comme le rappelle cette vidéo, l’objectif plus lointain est Mars, qui serait rendu possible en utilisant la Lune comme une base et comme un lieu permettant de vérifier les technologies destinées à un voyage vers l’espace plus lointain.

Une somme dérisoire par rapport au coût de la mission

Entre 50 et 500 grammes de matériau lunaire devront être collectés par l’entreprise privée. Si la société démontre qu’elle peut stocker l’échantillon (en envoyant des images et données), la Nasa s’engage à lui verser une somme située entre 15 000 et 25 000 dollars (soit entre 12 500 et 21 000 euros). Comme le fait remarquer MIT Technology Review, la somme est dérisoire face aux coûts de la mission : les entreprises privées seront probablement plus attirées par le fait de réaliser un type de mission jamais mené auparavant.

L’agence spatiale règlera cette somme en plusieurs fois : 10 % après la sélection de son offre par la Nasa, 10 % après le lancement de la mission et les 80 % restants lors de la livraison des matériaux lunaires à la Nasa. L’endroit où sera transféré l’échantillon n’est pas très clair, mais il semblerait que le transfert se fera directement sur place, sur la Lune.

Les échantillons lunaires que la Nasa a aujourd’hui en sa possession sont limités : ils ont principalement été récoltés lors des missions Apollo. Le nouvel échantillon collecté par un prestataire privé ne serait pas énorme, mais cette mission serait une première. Elle pourrait ouvrir la voie à d’autres missions semblables : au lieu de prévoir ses propres expéditions vers la Lune pour collecter des échantillons, la Nasa achèterait ce service à des entreprises.

Crédit photo de la une : Flickr/CC/Nasa Johnson (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo