Deuxième répétition réussie pour OSIRIS-REx : la sonde est prête à s'approcher de l'astéroïde Bennu pour en collecter un échantillon. Lors de cet entrainement, le vaisseau s'est trouvé à 40 mètres au-dessus du site de prélèvement.

La Nasa est prête à toucher enfin l’astéroïde Bennu (ou Bénou). La mission OSIRIS-REx a réussi sa deuxième répétition pour approcher l’objet, a annoncé l’agence spatiale le 12 août 2020. Lors de sa prochaine approche, en octobre, la sonde ne s’entrainera plus : elle devra entrer en contact avec Bennu afin d’en recueillir un échantillon.

Au cours de cette répétition qui a duré 4 heures, OSIRIS-REx s’est approché jusqu’à 40 mètres au-dessus de Nightingale, le site de prélèvement, avant de reculer. La zone où l’échantillon doit être récolté est située dans un cratère de l’hémisphère nord de Bennu.

La sonde en approche de l’astéroïde au cours de cette deuxième répétition. // Source : NASA/Goddard/University of Arizona

3 manœuvres réussies

Lors de la répétition, le vaisseau a réalisé trois manœuvres. Une quatrième manœuvre est prévue pour le jour où l’échantillon sera effectivement collecté.

  • D’abord, la sonde quitte sa position initiale en orbite autour de l’astéroïde.
  • Ensuite, à un certain point (la Nasa parle de « Checkpoint »), elle contrôle de façon autonome sa vitesse et ajuste sa trajectoire, à 125 mètres au-dessus de la surface de l’astéroïde.
  • Enfin, OSIRIS-REx s’ajuste à la rotation de l’astéroïde pour voler avec lui « en tandem » au-dessus du site où l’échantillon doit être récupéré (ici la Nasa parle de « Matchpoint »). Pendant la répétition de cette manœuvre, la sonde s’est trouvée au plus près de Bennu qu’elle ne l’avait jamais été.

OSIRIS-REx a également profité de ce moment pour déployer son bras robotisé, TAGSAM (Touch-and-Go Sample Acquisition Mechanism). Ce bras attaché à la sonde a pour mission de collecter le précieux échantillon, ainsi que de déposer celui-ci dans le véhicule qui doit le ramener sur Terre. D’autres instruments ont été mobilisés, pour réaliser notamment des observations du site de prélèvement.

Un délai de 16 minutes pour recevoir les commandes

Toute la répétition a été menée de façon autonome par OSIRIS-REx. Il faut compter environ 16 minutes pour que le vaisseau reçoive des commandes émises depuis la Terre, car 288 millions de kilomètres nous séparent de la sonde. Les ingénieurs ont donc lié entre elles toutes les commandes et envoyé à OSIRIS-REx le « Go » de départ, laissant ensuite la sonde fonctionner seule. C’est ainsi que se déroulera la collecte d’échantillons prévue pour le 20 octobre.

La sonde devra alors toucher Bennu pendant plusieurs secondes, envoyer une charge d’azote pour créer une perturbation à la surface de l’astéroïde et récupérer un échantillon, avant de reculer. Si tout se passe bien, l’échantillon doit être rapporté sur Terre le 24 septembre 2023.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo