Le corps de la fusée chinoise Long March 5B, lancée le 5 mai 2020, a fait une rentrée incontrôlée. C'est l'objet le plus massif à connaître ce sort, depuis la station soviétique Saliout 7 en 1991.

Aucun débris spatial aussi massif n’avait fait une rentrée incontrôlée depuis 1991 : le corps de la fusée Long March 5B, lancée par la Chine le 5 mai 2020, est resté une semaine en orbite avant de revenir dans l’atmosphère terrestre et de s’écraser dans l’océan Atlantique, rapporte Gizmodo.

« Avec 17,8 tonnes, c’est l’objet le plus massif à faire une rentrée incontrôlée depuis [la station] Saliout 7 de 39 tonnes en 1991 », a commenté l’astrophysicien Jonathan McDowell, du Harvard-Smithsonian Centre for Astrophysics, sur Twitter le 7 mai. La rentrée du corps de la fusée a eu lieu le 11 mai à 17h33 (heure française, 15h33 UTC). Saliout 7 était une station spatiale soviétique, installée en orbite terrestre basse en 1982. Sa rentrée atmosphérique a eu lieu le 7 février 1991.

Modèle de la station Saliout 7. // Source : Wikimedia/Don S. Montgomery, USN (Ret.) (photo recadrée)

Un vol inaugural

Il s’agissait du vol inaugural de la fusée Long March 5B, a precisé la Société de sciences et technologies aérospatiales de Chine (CASC) dans un communiqué mis en ligne le 6 mai. La Long March 5B mesure 53,7 mètres de hauteur. Son étage central occupe 5 mètres de diamètre. Avec ce vol, la Chine voulait s’approcher un peu plus d’un autre objectif : construire une future station spatiale. En plus de servir à lancer des satellites et des sondes spatiales, la fusée Long March 5B doit également permettre de transporter des modules de cette future station.

Le 5 mai, la fusée a décollé depuis la base de lancement de Wenchang, située sur l’île de Hainan (au sud de la Chine). Une capsule expérimentale, destinée à accueillir un jour un équipage, était à son bord. La Long March 5B s’est élevée jusqu’à 8 000 kilomètres, avant d’effectuer sa rentrée atmosphérique et son atterrissage sur Terre, résume Forbes. Or, l’étage « CZ-5B-Y1 » a effectué une rentrée incontrôlée, au dessus de l’océan Atlantique.

Des débris découverts en Côte d’Ivoire ?

Des débris semblent avoir atteint la Côte d’Ivoire. Selon Jonathan McDowell, il est probable que les objets vus dans cette zone soient bien des morceaux de la fusée. Un objet métallique de 12 mètres de long est par exemple tombé du ciel dans le village de Mahounou, à Bocanda. Cette ville se trouve justement sur la trajectoire de la fusée lorsqu’on la projette au sol.

Pour l’instant, l’origine des débris n’a pas été confirmée. Si la Chine s’est félicitée de ce premier vol de la Long March 5B, aucune mention n’a été faite de la rentrée incontrôlée et du lien potentiel avec les objets découverts. Si le lien venait à être confirmé, la responsabilité de la Chine serait engagée.

La Chine fait partie des États qui ont ratifié la Convention sur la responsabilité internationale pour les dommages causés par des objets spatiaux, conclue en 1972. Ce texte stipule qu’un État qui procède au lancement d’un objet spatial « a la responsabilité absolue de verser réparation pour le dommage [ndlr : qu’il concerne des personnes ou des biens] causé par son objet spatial à la surface de la Terre ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo