Installée officiellement depuis décembre 2019, la jeune Space Force de l'armée américaine monte en puissance. Le 26 mars, un premier satellite sous sa supervision a été mis en orbite avec succès.

Mission accomplie pour l’United Launch Alliance, la coentreprise entre Boeing et Lockheed Martin. Le 26 mars, sa fusée Atlas V a décollé avec succès de la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride, avec à bord un satellite de communications pour l’armée américaine. Son nom ? AEHF, ou Advanced Extremely High Frequency. Il s’agit du sixième et dernier de la série.

Le champ d’action de ce nouveau satellite, ainsi que des cinq autres AEHF, se situe à un niveau stratégique, car il sera utilisé par le centre spatial et des systèmes de missiles (Space and Missile Systems Center) de l’United States Space Force, la jeune branche de l’armée américaine qui a pour charge la maîtrise de l’espace, aussi bien en cas de conflit conventionnel que de guerre nucléaire.

Mais surtout, ce vol constitue le tout premier lancement d’un satellite au profit de cette fameuse Space Force.

L’ U.S. Space Force est devenue une structure autonome de l’armée américaine à la fin 2019. // Source : U.S. Space Force

La Space Force, jeune branche de l’armée US

Rappel des faits. Le 18 juin 2018, Donald Trump signe une directive ordonnant au Pentagone de mettre à exécution son plan débouchant sur la mise en place d’une nouvelle structure des forces armées des États-Unis, dédiée à l’espace. L’objectif était de la rendre opérationnelle pour 2020 et autonome de l’Air Force, qui gérait jusqu’à présent la dimension spatiale.

C’est chose faite depuis le 20 décembre 2019.

Et depuis, la Space Force n’a pas chômé puisqu’elle a conduit un test notable le 5 février. Un tir d’un Minuteman III, nom donné à la troisième génération de missile balistique intercontinental à ogive thermonucléaire (qui est toutefois, non chargé), a permis de vérifier le bon fonctionnement de l’engin et de mettre à l’épreuve la Space Force. Le missile a franchi 6 700 km avant de finir dans le Pacifique.

En France aussi, la dimension spatiale a pris davantage d’importance dans la réflexion militaire. Preuve en est avec la décision du président de la République, Emmanuel Macron, de mettre en place un commandement de l’espace et d’accentuer la surveillance extra-atmosphérique, afin de compter parmi les grandes puissances. L’armée de l’air elle-même est amenée à évoluer, car elle deviendra à terme l’armée de l’air et de l’espace.

Partager sur les réseaux sociaux