De nouvelles images de la mission Chang'e 4 ont été publiées. Elles résument plus d'une année de mission sur la face cachée de la Lune. Le rover Yutu 2 a photographié le sol lunaire et l'atterrisseur.

La sonde spatiale chinoise Chang’e 4 continue d’explorer la face cachée de la Lune. Son atterrisseur et son rover (baptisé Yutu 2) ont pris de nouveaux clichés à la surface de l’astre, a repéré Space.com le 22 janvier 2020. Le programme chinois d’exploration lunaire a créé une base regroupant les nouvelles images immortalisées au cours de la mission.

Doug Ellison, un ingénieur du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa qui a notamment travaillé sur les caméra du rover martien Curiosity, s’est servi des images pour créer des panoramas où figurent aussi l’atterrisseur, tel qu’il est vu par le rover.

L’atterrisseur. // Source : Chang’e 4/Doug Ellison (photo recadrée)

Chang’e 4 a été lancé le 7 décembre 2018 par l’agence spatiale chinoise. L’alunissage a eu lieu le 3 janvier suivant, faisant de la Chine le premier pays à réussir à se poser sur la face cachée de l’astre. L’objectif de la mission est permettre d’étudier le sol et la structure interne de la Lune. En plus des images capturées dans le cadre de la mission, Chang’e 4 permet de faire des découvertes. En septembre, le rover Yutu 2 a par exemple repéré un « gel à l’éclat mystérieux » assez inhabituel par rapport au sol environnant.

Dans le cratère Von Kármán

Parmi les nouvelles images de la mission, on peut observer le cratère Von Kármán (il apparaît sur la première image de cet article). Ce cratère lunaire mesure environ 180 kilomètres de diamètre se situe dans la zone du bassin Pôle Sud-Aitken, le plus grand bassin d’impact de la Lune.

Le sol lunaire et l’atterrisseur de Chang’e 4. // Source : Chang’e 4/Doug Ellison (photo recadrée)

Comme la mission a lieu sur la face cachée de l’astre, les données collectées par Chang’e 4 doivent passer par un intermédiaire avant d’arriver jusqu’à la Terre. C’est le satellite Queqiao, lancé en mai 2018, qui relaye les données de la mission pour permettre à Chang’e de rester en communication avec la Terre.

Plus d’une année de mission

Les nouvelles images de la mission ont été prises pendant un laps de temps de 12 jours lunaires, précise ScienceAlert : ces photos couvrent donc la mission sur une année entière. Un jour lunaire représente environ 2 semaines sur Terre : pendant cette durée, les appareils de la mission sont exposés au Soleil et peuvent fonctionner. Ils interrompent ensuite leurs activités pendant deux semaines environ.

L’agence spatiale chinoise a déjà prévu de lancer une autre mission, Chang’e 5, pour cette année. Cette fois-ci, le pays souhaite procéder à un retour d’échantillon. Ils devraient être collectés dans l’océan des Tempêtes, une mer de la face visible de la Lune.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo