Cette étude visait à comparer les stratégies des humains et des singes face à un même problème pour atteindre la même solution. Résultat, les singes ont battu à plate couture les humains.

Les singes nous impressionnent parfois, tant certains traits de comportements ressemblent aux humains. Mais ils peuvent aussi se révéler plus intelligents, sous certains aspects, selon une expérimentation qui pourrait presque avoir sa place dans les débuts de La Planète des Singes. Durant un test ludique, les singes ont montré une meilleure capacité à trouver des solutions efficaces et innovantes, là où les humains manquaient d’imagination. L’étude a été initialement publiée en septembre 2019 dans Nature puis diffusée sur le site de l’université de Géorgie (États-Unis) ce 14 octobre.

«  Nous sommes une espèce unique et, de bien des façons, nous sommes exceptionnellement différents de toutes les autres espèces de la planète », avance l’étudiante en psychologie Julia Watzek, qui a participé à cette expérimentation. « Mais parfois on est vraiment idiots. » Ce test était porté sur des macaques capucins et rhésus. S’il nous permet de mieux connaître les capacités de ces singes, sa portée concerne aussi le fonctionnement humain.

L’étude a été conduite principalement avec des capucins. // Source : PxHere

Les humains ont trop de biais d’apprentissage

Le jeu sur ordinateur consistait à suivre une stratégie pour obtenir la solution. Sur l’écran, quatre cases apparaissaient, une avec des rayures, une autre avec des tâches, et deux vides. Durant une première batterie de séances, les participants humains et macaques ont découvert qu’en appuyant sur la case rayée puis sur la case tachetée, un triangle bleu apparaissait dans l’une des cases vides et qu’appuyer générait une récompense (une banane pour les singes ; un applaudissement pour les humains).

Dans une deuxième phase du test, le premier écran ne montrait plus seulement les deux rayures et les tâches, mais aussi, directement, le triangle bleu. Et c’est là que cela commence à se corser pour l’humanité, car tenez-vous bien : l’intégralité des singes ont rapidement usé du raccourci, là où 61 % des humains ne l’ont pas utilisé du tout. Un seul humain a utilisé ce raccourci dès la première fois, alors que 70 % des singes ont eu cette réaction immédiate.

Pour Julia Watzek, cela démontre que lorsqu’il s’agit de prendre des décisions, les humains ont du mal à faire preuve d’imagination et à envisager des alternatives à ce qu’ils ont appris ; là où les singes se sont montrés plus imaginatifs et flexibles. « On se fie beaucoup à l’apprentissage par cœur, à faire les choses spécifiquement comme on nous les a enseigné, et à ne pas prendre de raccourci. » Une précédente expérience sur le même schéma démontrait qu’après avoir vu une vidéo où quelqu’un prenait le fameux raccourci, alors davantage d’humains l’ont également pris, mais 30 % n’osait toujours pas à le faire.

Cette conclusion met en évidence des biais d’apprentissage. Ces derniers peuvent pousser à utiliser des pratiques largement dépassées, à prendre de mauvaises décisions juste par habitude et par reproduction sociale, en manquant ainsi des opportunités précieuses. «  Pour prendre les bonnes décisions, il faut parfois effectuer un changement parmi les options disponibles », ajoute Julia Watzek. Même si elle précise que l’idée n’est pas de remettre en question tout le système éducatif occidental, elle estime qu’il serait bon de ne pas apprendre aux enfants à entrer dans des cases toutes faites.

Partager sur les réseaux sociaux