SpaceX a arrêté l'essai du 26 août, qui devait permettre de faire voler le Starhopper, un prototype de fusée. Il devait s'envoler à 150 mètres d'altitude. Une nouvelle tentative est prévue le 27 août.

C’est un loupé pour SpaceX. Le 26 août 2019 devait avoir lieu le deuxième test en vol du Starhopper. Cette espèce de mini-fusée est en fait un prototype simplifié du Starship, qui constituera l’étage supérieur du futur lanceur BFR (Big Falcon Rocket). Hélas pour le constructeur aérospatial, l’essai n’a pas pu être mené jusqu’à son terme. Le test a été annulé pile au moment où l’engin aurait dû allumer le moteur et commencer à s’élever.

Sur la vidéo retransmise en direct par SpaceX, on peut voir le décompte avant le décollage arriver à zéro puis défaillir au moment où le chronomètre devait s’enclencher pour suivre la progression de la fusée. Le chronomètre se fige alors à 0,8 seconde et un message finit par apparaître, indiquant que «  le test a été annulé juste après T-0. Les équipes évaluent la prochaine opportunité de test ».

Starhopper
Le chronomètre à +0,8 seconde… et la fusée qui ne décolle pas. // Source : SpaceX

Nouvel essai le 27 août

En fin de compte, une nouvelle tentative est prévue pour le lendemain, le 27 août, après avoir considéré un temps la possibilité d’un autre essai le jour même. L’objectif demeure inchangé : il s’agit de faire atteindre l’altitude de 150 mètres au Starhopper. Lors du premier vol, l’engin a atteint l’altitude de 20 mètres, a réalisé des manœuvres en vol stationnaire, avant de se reposer à côté de son pas de tir.

Sur Twitter, Elon Musk, le fondateur de SpaceX, a estimé que la cause de l’échec du vol d’essai du 26 août réside probablement dans le câblage ou un connecteur. Il a ajouté qu’il y aurait une inspection au niveau du moteur. La seconde tentative est planifiée à la même heure. Pour la France métropolitaine, cela veut dire que la fenêtre de tir s’ouvrira à partir de 23 heures ce mardi 27 août.

Partager sur les réseaux sociaux