Barrages, éoliennes, géothermie... Grâce à un mix énergétique, le Costa Rica a produit son électricité à partir de 99,99 % d'énergies renouvelables au mois de mai de 2019.

Fin juillet 2019, le Costa Rica a officiellement inauguré une nouvelle centrale géothermique apte générer 55 mégawatts (MW), ce qui fait passer sa production géothermique totale à 262 MW. Le pays est globalement en avance en la matière : d’après le National Center for Energy Control, près de 100 % de son électricité provenait d’énergies renouvelables au mois de mai 2019.

Le Costa Rica a battu son propre record de production électrique d’origine propre. En octobre 2017, elle était de 976 gigawatt-heure (GW/h), tandis qu’en mai 2019 elle est montée à 984 GW/h. Le secret est dans la combinaison de plusieurs sources.

La géothermie fait partie des principales sources d’énergies renouvelables au Costa Rica. // Source : Flickr/CC/Enrique Madriz

Les bénéfices du mix énergique

C’est en combinant cinq sources « vertes » que le Costa Rica  a pu en arriver à ce score : l’eau, la géothermie, le vent, la biomasse et le solaire. La grande majorité (80.04 %) de l’électricité provient de l’énergie hydraulique, grâce à de très nombreux barrages hydroélectriques. Cette prédominance s’explique par les caractéristiques pluvieuses du pays : les pluies torrentielles apportent, dans les cours d’eau, une énergie cinétique conséquente. Mais il faut d’autres sources, pour les périodes sèches.

Carte des principaux barrages hydroélectriques du pays.

C’est l’énergie géothermique qui arrive en deuxième position, à 12,9 %, grâce au « pompage » et à la transformation de la chaleur naturelle de la Terre. Là encore, ce chiffre s’explique par la géographie et, en l’occurrence, un sol particulièrement volcanique. C’est aux abords du volcan Rincon de la Vieja qu’est installée la nouvelle centrale géothermique inaugurée en juillet 2019.

Les installations éoliennes ne sont pas les plus importantes, mais les neufs fermes installées dans les hauteurs du Costa Rica, où le vent souffle très fortement, apportent tout de même 6,99 % du total. Les sources les plus minoritaires restent la production d’électricité par les panneaux solaires et l’exploitation de la biomasse. Il ne reste plus que 0,01 % d’électricité produite à partir de carburant fossile polluant.

Flickr/CC/Christian Haugen

Le bon élève de l’énergie propre

Avec ce mix énergétique, qui s’avère être une réussite, le Costa Rica devient encore un peu plus un modèle de production d’énergies renouvelables. Dès 2015, le pays d’Amérique centrale avait marqué les esprits en produisant plus de 98 % de son électricité à partir d’énergies renouvelables, de janvier à octobre. Un chiffre maintenu ensuite en 2016, puis encore battu en 2017.

En plus de l’avancée écologique, l’avantage est tout autant économique. Grâce à sa performance, la Costa Rica a pu stopper au mois de mai 2019 ses importations à partir du Regional Energy Market, tout en pouvant commencer à vendre de l’énergie aux autres pays de la région.

Au Costa Rica, la volonté de mettre fin aux énergies fossiles est très ancrée politiquement. Le président Carlos Alvarado, élu en mai 2018, s’y est engagé. « Nous avons la tâche titanesque et magnifique de supprimer l’utilisation des énergies fossiles dans notre économie pour laisser la place à l’utilisation d’énergies propres et renouvelables », avait-il déclaré lors de la cérémonie de passation de pouvoir, avant d’ajouter que « La décarbonisation est la grande tâche de notre génération et le Costa Rica doit figurer parmi les premiers pays à y arriver, si ce n’est le premier ».

Rappelons qu’à l’heure actuelle, le Costa Rica arrive juste derrière l’Islande, qui produit déjà son électricité à partir de 100 % d’énergie propre — mais il perdure un « paradoxe islandais », puisque les émissions de gaz à effet de serre ne baissent pas pour autant dans le pays.

Crédit photo de la une : Flickr/CC/Enrique Madriz

Partager sur les réseaux sociaux