Une machine Enigma, qui a servi pendant la Seconde Guerre mondiale, sera mise en vente aux enchères ce 30 mai. L'objet est particulièrement préservé : il a ses propres rotors et sa boîte en bois.

Une machine Enigma, étonnamment préservée, sera mise aux enchères le jeudi 30 mai 2019. La société de vente aux enchères Nate D. Sanders, installée à Los Angeles en Californie, donnera au plus offrant un exemplaire de cette machine, a repéré TechCrunch. Enigma était utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale par l’Allemagne nazie pour brouiller les pistes de ses ennemis.

Le nom de l’objet est indissociable de celui d’Alan Turing, qui a réussi avec son équipe à déchiffrer en 1942 le système de cryptage des sous-marins allemands, établi à l’aide d’Enigma. À Bletchley Park au Royaume-Uni, le mathématicien a travaillé pour briser une version sophistiquée du système, qui servait aux armées de terre et de l’air allemandes à envoyer des messages cryptés.

Une machine Enigma. // Source : Wikimedia/CC/Rama (photo recadrée)

Elle a échappé à la destruction

L’objet vendu aux enchères est la machine Enigma 3, composée de 3 rotors différents (les parties mobiles). Elle est toujours équipée de ses propres rotors (ceux-ci pouvaient être changés) et installée dans sa boite en bois. L’emblème du Troisième Reich est gravé sur les roues en métal et la batterie est celle d’origine. Le tout pèse environ 13 kilos.

Les machines Enigma sont rares aujourd’hui car les Allemands avaient eu pour consigne de les détruire, afin d’éviter que les Alliés ne s’en emparent. Winston Churchill a lui même exigé qu’elles soient détruites à la fin de la guerre, rappelle la société de vente aux enchères. Il ne resterait plus que 250 exemplaires des machines qui ont été utilisées pendant le deuxième conflit mondial du 20e siècle.

Les enchères pour ce modèle commenceront à 200 000 dollars (soit presque 180 000 euros). Même si le secret d’Enigma est déchiffré depuis longtemps, les offres pourraient se succéder pour l’acquisition de cette machine historique.

Partager sur les réseaux sociaux