Après deux tentatives avortées, SpaceX essaiera le 22 décembre de mettre en orbite un nouveau satellite GPS.

Semaine frustrante pour SpaceX, en cette fin d’année 2018. L’entreprise américaine a été obligée de retarder à deux reprises le décollage de sa fusée Falcon 9, à cause d’anomalies détectées par les capteurs du premier étage — la cause du premier report — et d’une météo trop défavorable en Floride — la raison du second report –. Désormais, la fenêtre de tir est fixée au 22 décembre.

La mission confiée à SpaceX est de transporter un satellite GPS de troisième génération (GPS III SV01) et cela pour le compte de l’US Air Force. L’appareil doit être positionné sur l’orbite terrestre moyenne, c’est-à-dire entre 2 000 et 36 000 kilomètres d’altitude. Plus précisément, l’engin évoluera à environ 20 000 kilomètres de haut, c’est-à-dire à l’altitude où se trouvent déjà les autres satellites GPS.

Arrêt du lancement du satellite GPS III SV01 peu avant la mise à feu
Arrêt du lancement du satellite GPS III SV01 peu avant la mise à feu // Source : SpaceX

Météo favorable pour le 22 décembre

Dans un message publié le 20 décembre sur Twitter, SpaceX estime que le prochain essai devrait être le bon : « La météo est favorable à 80 % pour la fenêtre de lancement », fait remarquer la société. Précédemment, celle-ci faisait savoir que tous les autres voyants étaient au vert, y compris les capteurs qui avaient relevé des anomalies le 18 décembre alors que la mise à feu était imminente.

À l’heure actuelle, la constellation GPS est composée de 31 satellites opérationnels. Avec l’arrivée de la troisième génération, les informations de positionnement, de navigation et de synchronisation sont censées être trois fois plus précises qu’avec le système actuel, et disposer de huit fois plus de capacités anti-brouillage. Selon le kit de presse de SpaceX, aucune récupération du lanceur n’est prévue avec ce vol.

Partager sur les réseaux sociaux