Depuis plus d'un siècle, l'axe de rotation de notre planète s'est incliné davantage. Des scientifiques se sont penchés sur ce phénomène et ont constaté que les activités humaines en sont majoritairement responsables.

Le réchauffement climatique que nous infligeons à la Terre contribue à modifier son axe de rotation. Une étude publiée le 13 septembre 2018, à paraître dans le numéro de novembre de la revue Earth and Planetary Science Letters, note que cet axe s’est déplacé de 10,5 mètres au cours du 20e siècle : ce « tremblement » est en partie expliqué par les changements que les êtres humains imposent à l’environnement.

« Comprendre les origines de ce mouvement polaire séculaire (SPM) est important pour pouvoir modéliser le climat mondial, car il fournit un lien avec les mouvements des masses de glace et la hausse du niveau de la mer », écrit le groupe de scientifiques internationaux (États-Unis, Allemagne, Norvège).

À cette fin, les chercheurs ont construit un modèle informatique incluant les propriétés physiques de l’axe de rotation terrestre, et les changements survenus dans les glaces et les eaux de la planète depuis plus de 100 ans. Ils ont également considéré d’autres éléments, comme le fait que nous puisions dans les réserves d’eau souterraines.

L’axe de rotation de la Terre s’est en partie incliné à cause de nous. // Source : Pxhere/CC0 Domaine public (photo recadrée)

À cause de la fonte des glaces (donc à cause de nous)

Il est ici question de l’axe de rotation de la Terre sur elle-même, qui reste parallèle lorsque la planète effectue son mouvement autour du Soleil. Par rapport au plan de l’écliptique — la trajectoire que dessine le Soleil chaque année, vue de la Terre –, cet axe de rotation est déjà incliné. Cette étude nous explique que cet axe s’est décalé depuis 1899, car la distribution des masses de la Terre a évolué.

L’axe de rotation de la Terre est incliné par rapport au plan de l’écliptique. // Source : Wikimedia/CC/Daelomin53

Comme le relève Scientific American, les chercheurs estiment que la fonte des glaces et la montée du niveau des mers sont responsables à hauteur de deux tiers du changement de l’axe de rotation terrestre. Puisque ces deux facteurs sont principalement liés à notre activité, les êtres humains endossent donc une large part de responsabilité de l’inclinaison changeante de l’axe de rotation.

La troisième cause de ce vacillement est liée au phénomène de la convection mantellique. Il faut chercher à l’intérieur du manteau terrestre, dans la couche qui sépare le noyau de la Terre et la croûte terrestre, pour comprendre ce dont il s’agit. La convection mantellique se traduit par un mouvement de matière, lorsque la Terre évacue sa chaleur vers l’extérieur : ce transfert de chaleur par convection est lent — les roches solides en mouvements ne bougent que de quelques centimètres par an.

Une seule cause n’est pas liée aux activités humaines

Tous ces facteurs contribuent à perturber le « tenseur d’inertie » de la Terre, puisque son « moment d’inertie » (c’est à dire la répartition de sa masse par rapport à son axe de rotation) a évolué au cours de ce dernier siècle.

« Nous avons apporté la preuve que plus d’un seul processus est à l’origine de l’altération de l’axe de rotation terrestre », assure Surendra Adhikari, l’un des auteurs de l’étude et membre du Jet Propulsion Laboratory, à nos confrères de Scientific American. Nous pourrions être amenés à regretter notre influence grandissante sur la Terre avant la fin du 21e siècle.

Crédit photo de la une : Pixabay/CC0

Partager sur les réseaux sociaux