Ce fossile plat et ovale, daté de 558 millions d'années, a précédé l'apparition de nombreuses autres espèces.

Le doyen des animaux s’appelle Dickinsonia. Une équipe de scientifiques a enfin réussi à percer le mystère de ce fossile vieux de 558 millions d’années et à établir qu’il contenait bien des cellules animales. Le 21 septembre 2008, les chercheurs ont fait part de cette découverte dans un article publié au sein de la revue Science.

D’après leurs analyses, ce fossile plat de forme ovale et symétrique est bien une relique du règne animal. Jusqu’alors, sa classification était restée sujet à débat : certains ont postulé que le Dickinsonia était un champignon, une amibe ou qu’il appartenait à un règne éteint.

Était-ce un champignon ? Une amibe ?

Plusieurs spécimens de ce fossile ont été retrouvés depuis 75 ans, de tailles différentes : les Dickinsonia que nous connaissons mesurent entre quelques millimètres de longueur, et jusqu’à 1,4 mètres, tandis que leur épaisseur peut aller d’un fraction de millimètre à plusieurs millimètres.

Les fossiles mobilisés lors de cette étude ont été découverts en Russie, près de la mer Blanche. Ils sont officiellement devenus les plus anciens animaux que nous connaissions.

Une illustration de la faune d’Édiacara, dont le Dickinsonia fait partie. // Source : Wikimedia/CC/Foolp

Des traces de cholesterol

L’équipe de chercheurs, rattachés à l’université nationale australienne, a expliqué quelle avait été leur méthode pour confirmer que le Dickinsonia était un animal. L’analyse de molécules récupérées sur plusieurs spécimens a révélé la présence de cholestérol, un lipide impliqué dans différents processus biochimiques.

« Le plus dur a été de trouver des fossiles de Dickinsonia contenant encore de la matière organique », explique Ilya Bobrovsky, l’un des auteurs de l’étude qui a analysé les molécules, cité par Le Monde. Selon lui, cette découverte atteste que ces animaux prospéraient il y a plus de 500 millions d’années, soit « des millions d’années » avant ce que pensaient les scientifiques.

Le Dickinsonia a existé avant l’apparition subite de nombreux autres animaux

« Nos résultats font de ces membres iconiques de la biote de l’Édiacarien les plus anciens animaux macroscopiques de l’histoire des roches, indiquant que l’apparition de la biote de l’Édiacarien était bien un prélude à l’explosion cambrienne de la vie animale  », résument les scientifiques, en faisant référence au moment où plusieurs types d’animaux pluricellulaires sont subitement apparus il y a 541 millions d’années.

Il est donc important pour les biologistes de savoir qu’un animal existait avant cet événement du Cambrien. L’identification des fossiles de Dickinsonia permet de poser l’hypothèse que ces plus anciens animaux seraient les ancêtres de certaines espèces que nous connaissons encore, comme des vers ou des insectes.

Crédit photo de la une : Wikimedia/CC/Verisimilus

Partager sur les réseaux sociaux