L'Agence nationale des fréquences propose un site interactif qui rappelle la situation de chaque appareil se trouvant dans un foyer. Et qui est susceptible d'émettre des ondes radioélectriques.

Dans un foyer contemporain, on peut dénicher de très nombreux appareils émettant des ondes radioélectriques. Toutes les pièces du domicile ou presque sont concernées : de la cafetière se trouvant dans la cuisine à l’ordinateur portable placé dans la chambre, en passant par le téléviseur à écran plat trônant au milieu du salon et la perceuse rangée dans le garage, aucun endroit n’y échappe.

Cependant, il faut savoir raison garder : l’émission d’ondes radioélectriques n’est pas systématiquement dangereuse pour la santé. Cela dépend du seuil d’exposition maximum (V/m, volts par mètre) et de la distance à laquelle on se trouve par rapport à l’appareil concerné. Dans le cas de la cafetière par exemple, les mesures montrent une émission « négligeable ».

CC Ener356

Sauf que le débat a pris une toute autre tournure avec la question des compteurs dits « intelligents ». Sur le plan médical, l’innocuité du rayonnement des appareils Linky, Gazpar et autres Ondéo, dans un contexte d’utilisation normale, a été soulignée par des travaux de l’Agence nationale des fréquences, de celle sur la sécurité sanitaire de l’alimentation comme par des enquêtes privées.

C’est dans ce contexte que l’Agence nationale des fréquences propose justement un site interactif, la Maison de l’ANFR, qui propose de naviguer de pièce en pièce d’une maison type et de constater les valeurs limites réglementaires des appareils, les valeurs mesurées à 50 centimètres de distance et la bande de fréquences concernée. Et de voir que ces compteurs rayonnent moins que d’autres appareils plus courants.

Les oreillettes Bluetooh et les babyphones émettent particulièrement

Les plaques à induction, les oreillettes Bluetooth, les ampoules basse consommation, les perceuses, les voitures électriques (en charge), les réfrigérateurs, les fours à micro-ondes, les ordinateurs portables, les enceintes Bluetooth, les babyphones, les tablettes Wi-Fi, les smartphones 4G, les téléphones sans fil de maison, les modems Wi-Fi et les manettes de jeu Bluetooth sont autant de produits émettant plus.

Or, certains de ces appareils sont parfois nettement plus près du corps que ne le sont des compteurs connectés. C’est le cas des oreillettes, des manettes ou des smartphones 4G. Pourtant, ils suscitent une controverse bien moindre — pour ne pas dire quasi-nulle. De quoi remettre en perspective les craintes compréhensibles mais pas toujours fondées que suscitent Linky, Gazpar et Ondéo ?

Cela reste à voir. En tout cas, vous pouvez dorénavant constater la situation indicative d’une trentaine d’objets sur le site (d’autres seront ajoutés plus tard, fait savoir l’agence nationale des fréquences) et prendre connaissance du protocole de mesure mis en place pour ces mesures.

Partager sur les réseaux sociaux