Le CNRS se fait une place sur YouTube en lançant une chaîne de vulgarisation scientifique. Deux à trois vidéos seront publiées chaque mois.

Si la science vous passionne, YouTube a de quoi vous scotcher devant l’écran pendant de (très) longues heures. La plateforme regorge en effet de chaînes animées par des amateurs éclairés ou des professionnels aguerris qui portent sur diverses disciplines, allant des maths à la physique, en passant par la médecine, la biologie, l’astronomie, les statistiques et même la paléontologie.

Vous en connaissez certainement déjà plusieurs, à commencer par E-Penser, Dirty Biology, MicMaths ou encore Dans Ton Corps. Mais il en existe tellement d’autres ! M. Gigantoraptor, Un peu pointu, Science Étonnante, Bio Logique, Sense of Wonder, Asclépios, El JJ, La statistique expliquée à mon chat, PsyLab, Projet Lutétium, Above Earth, Scilabus, Expérimentboy ou encore ProfOkita.

science

CC Jay Mantri

À cette liste, il faut maintenant inclure le CNRS.

Le centre national de la recherche scientifique vient en effet de se lancer lui aussi dans le YouTube game avec sa propre chaîne de vulgarisation. Son nom ? Zeste de Science. La chaîne est certes balbutiante — elle ne propose que deux vidéos à l’heure où nous publions ce papier — mais, soutenue par l’organisme incontournable de la recherche en France, elle est promise à un bel avenir.

C’est en tout cas ce qu’on lui souhaite.

À quoi faut-il s’attendre, avec Zeste de Science ? À des contenus « dans un format dynamique et vulgarisé », où la rigueur scientifique se mêle à l’humour de l’écriture. Toutefois, il n’est pas question de faire n’importe quoi, c’est l’image du CNRS qui est aussi en jeu. Aussi, « chaque épisode est validé par les chercheurs concernés » afin d’éviter les imprécisions ou les erreurs factuelles.

Vulgariser, d’accord, mais il faut le faire correctement !

D’ailleurs, l’équipe derrière le projet va livrer toutes les références des publications scientifiques et des images en description, afin que les internautes voulant creuser le sujet puissent consulter les sources et en savoir davantage. Et pas question de se précipiter non plus : la chaîne accueillera deux à trois épisodes par mois, pas plus. Cela laissera le temps à l’équipe de peaufiner chaque sujet.

Au sujet des thèmes, il est question d’aborder « un large spectre de disciplines » en mobilisant « des images produites par des équipes de scientifiques » pour les commenter et décrypter les recherches actuelles. De plus, des vidéastes invités seront parfois de la partie, dans le domaine des sciences évidemment, donc attendez-vous à croiser certaines personnalités mentionnées plus haut.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.