Alors que la ratification de l’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) est en marche, une grande manifestation anti-ACTA est organisée ce samedi 11 février, dans de très nombreuses villes du monde, dont plusieus en France. A cette occasion, l’eurodéputée Sandrine Bélier (Europe Ecologie) a publié jeudi un appel à rejoindre la manifestation. :

La députée du Parlement Européen estime que le traité, s’il était adopté, ferait peser des risques démocratiques avec la création d’une nouvelle institution parallèle à l’OMC et l’OMPI, et qu’il aurait des conséquences non seulement sur les libertés numériques, mais aussi sur l’accès à la santé avec une menace sur les médicaments génériques. »Le traité permettrait aux grands laboratoires pharmaceutiques de faire saisir, et détruire, des médicaments sur simple suspicion de contrafaçon« , rappelle l’élue écologiste. Par ailleurs, à l’instar de la taxe pour reproduction des semences agricoles instaurée en France, le traité aurait selon Sandrine Bélier des conséquences « sur l’agriculture et une alimentation saine, puisque les brevets sur les semences ne seraient finalement pas exclus du champ du traité« .

La mobilisation a déjà produit des effets en Europe de l’Est, où les gouvernements commencent à reculer sur la ratification du texte. Mais les pays d’Europe de l’Ouest restent encore farouchement accrochés au texte, et traitent avec une certaine désinvolture l’opposition de la société civile.