Le deuxième vol du Starship a failli atteindre l’orbite, selon Elon Musk. L’intéressé a également donné une piste ayant causé la perte du Starship en vol. Il s’agit d’un problème d’évacuation d’oxygène liquide.

SpaceX a visiblement identifié les raisons pour lesquelles sa dernière tentative de lancement avec la fusée Starship a échoué. En tout cas, Elon Musk a profité d’un point d’étape dédié à l’actualité de l’entreprise qu’il a fondée pour aborder sur le dernier test du lanceur, qui s’est déroulé le 18 novembre 2023.

Le problème ne serait pas lié à la structure du Starship en tant que tel, à en croire Elon Musk. Dans ses propos, rapportés notamment par Space.com, on comprend que c’est plutôt un souci lié à la masse du lanceur au moment de procéder à certaines manœuvres aériennes. Une masse causée par un excès d’oxygène liquide, qui a entraîné des complications.

Starship
Détail des moteurs du premier étage lors du décollage du 18 novembre 2023. // Source : SpaceX

Cette présence d’oxygène liquide n’aurait pas été un sujet si le Starship avait transporté une charge utile — la fusée était vide lors de cet essai, comme le précédent. Cette charge utile aurait entraîné une masse supplémentaire, qui aurait vraisemblablement amené à une consommation accrue du « carburant » et, donc, d’oxygène liquide.

« Si [le Starship] avait eu une charge utile, il aurait atteint l’orbite, parce que la raison pour laquelle il ne l’a pas fait, c’est que nous avons évacué l’oxygène liquide, et que l’oxygène liquide a finalement provoqué un incendie et une explosion », a déclaré Elon Musk. Sans cette libération, la suite du vol aurait donc été compromise de toute manière.

Ce que l’on ignore à ce stade, c’est la raison pour laquelle cette ventilation de l’oxygène liquide a déclenché l’incendie ayant provoqué la destruction de l’étage supérieur de la fusée. Comme le montre Space.com, il n’a pas non plus mentionné la perte du premier étage (le Super Heavy), qui a, lui aussi, explosé après sa séparation avec le Starship.

Cap sur le 3e vol de Starship

Naturellement, Elon Musk a affiché sa confiance pour la suite. Si l’orbite a presque été atteinte avec le vol 2, selon lui, le vol 3 y parviendra : « Je pense que nous avons de très bonnes chances d’atteindre l’orbite avec le troisième vol.» Sinon, ça sera avec le quatrième, devine-t-on. C’est la méthode de SpaceX : tester, évaluer et recommencer.

La prochaine étape pour SpaceX est pour l’instant prévue autour du mois de février. Plusieurs essais ont sol ont été menés jusqu’à présent, aussi bien pour l’étage principal que pour le segment supérieur. En janvier, SpaceX a déclaré tabler sur un nouvel essai en février, une fois obtenu le feu vert des autorités.

starship
Un essai au sol. //Source : SpaceX

Il est attendu de ce troisième test qu’il valide de nouveau les étapes déjà passées lors des deux premiers vols et qu’il se rapproche davantage de son objectif ultime, consistant à survoler un large bout de la Terre. En bout de course, il est attendu du Starship qu’il chute dans l’océan Pacifique, au large de l’archipel d’Hawaï.

Durant cet essai, il est attendu que SpaceX procède à une opération inédite : le transfert de propergol dans l’espace. Il s’agira d’un essai modeste, mais qui doit ouvrir la voie à la possibilité de basculer du « carburant » d’un Starship à un autre, dans une logique de ravitaillement. C’est un élément important pour le succès du programme Artémis.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !