Des scientifiques ont voulu mettre à l’épreuve des manchots, face à des miroirs, pour tester leur conscience d’eux-mêmes.

Et si les manchots sauvages avaient conscience d’eux-mêmes ? Pour répondre à cette question, il nous faut des miroirs. Et des manchots. Tout du moins, c’était le projet de trois scientifiques, détaillé dans une étude diffusée en ligne le 28 décembre 2022 (et qui n’est pour l’instant pas publiée dans une revue).

Ce trio de scientifiques s’est intéressé au comportement des manchots de l’espèce Adélie, en Antarctique — sur l’île Svenner. Dans le domaine biologique, la question de la conscience relève de la connaissance de soi : la perception de son propre corps, en tant qu’individualité, dans l’environnement. Une sorte de compréhension de l’identité.

Pour mettre des animaux à l’épreuve en la matière, un miroir est souvent mobilisé. Il s’agit alors de déterminer si l’individu comprend qu’il s’agit de lui, dans le reflet auquel il fait face. Par exemple, s’il en vient à toucher une petite marque présente sur lui et qui n’est pas visible autrement que dans ce reflet. Quelques mammifères, mais aussi des oiseaux, peuvent réussir ce test.

Les manchots pourraient avoir une conscience d’eux-mêmes

Plusieurs expérimentations ont été mises en place par les auteurs :

  • Des miroirs installés sur le sol, pas loin du groupe de manchots, pour observer la réaction des manchots tombant dessus par hasard.
  • Un couloir en carton visant à conduire des manchots vers des miroirs situés à l’extrémité.
  • Même principe du couloir, mais en ajoutant des autocollants colorés sur les miroirs pour cacher la tête.
  • Toujours le même principe, mais en plaçant sur les manchots entrant dans le couloir une petite chasuble colorée, semblable à un bavoir, sur eux.
Les manchots ont été mis face à plusieurs configurations face aux miroirs. // Source : Prabir Ghosh Dastidar et al
Les manchots ont été mis face à plusieurs configurations face aux miroirs. // Source : Prabir Ghosh Dastidar et al

Résultats :

  • Première expérience : aucune réaction des manchots ; ce qui relève d’une réussite au test, car certains animaux agissent comme s’il s’agissait d’un autre individu qu’eux-mêmes.
  • Deuxième expérience : les manchots semblaient s’examiner.
  • Troisième expérience : les manchots ont eu l’air d’essayer d’enlever activement l’autocollant cachant leur visage et se sont beaucoup « agités ».
  • Quatrième expérience : ils n’ont pas réagi en se voyant avec un bavoir.

Quelle interprétation en font les auteurs ? Dans l’immédiat, les résultats sont « ambigus ». Ils estiment cependant que le comportement global des manchots durant les expériences solidifie l’idée qu’ils posséderaient la conscience subjective d’eux-mêmes. Ce qui serait cohérent, selon les auteurs, avec leur vie sociale aux réseaux complexes. Mais, cette étude ne permet pas d’en arriver à une conclusion définitive.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.