Si la navette Soyouz MS-22 est trop endommagée et qu’un autre modèle ne peut être envoyé, peut-être que la Russie devra se tourner vers SpaceX et la Nasa. Des discussions sont en cours.

Il faudra patienter quelque temps avant de connaître le sort réservé à la capsule Soyouz, victime d’une fuite à la mi-décembre. Roscosmos, l’agence spatiale russe, doit se prononcer en janvier. Si elle n’est plus utilisable, une première solution serait de renvoyer un autre vaisseau Soyouz pour assurer le transport des astronautes devant rentrer.

SpaceX et la Nasa à la rescousse de Roscosmos

Une autre piste pourrait être américaine. Reuters a appris le 28 décembre que la Nasa et SpaceX ont démarré des discussions pour envisager de servir de recours. Trois astronautes doivent rentrer sur Terre en mars 2023 : l’Américain Frank Rubio et les Russes Dmitry Petelin et Sergueï Prokopiev. Ils sont dans l’espace depuis septembre 2022.

« Nous avons posé à SpaceX quelques questions sur leur capacité à renvoyer des membres d’équipage supplémentaires [sur Terre avec Dragon] si nécessaire, mais ce n’est pas notre objectif principal pour le moment », a déclaré Sandra Jones, porte-parole de la Nasa, dans une déclaration à Reuters. SpaceX a la capacité de transporter des personnes depuis 2020.

La capsule approchant de l'ISS, à l'arrvée de l'équipage Crew-2. // Source : Flickr/CC/Nasa Johnson
Une capsule Crew Dragon approchant de l’ISS. // Source : Nasa Johnson

Outre la capsule Soyouz MS-22 arrimée à la Station spatiale internationale (ISS), il y a un autre vaisseau sur place capable de transporter un équipage : la navette Crew Dragon-5. Cependant, il apparait improbable que cet engin serve, puisqu’il doit en principe assurer le retour des quatre astronautes arrivés avec lui en octobre. Ceux-là doivent rentrer aussi au printemps 2023.

La capsule Crew Dragon a été pensée et conçue pour être en mesure de véhiculer jusqu’à sept personnes d’un coup. Mais dans les faits, seuls quatre sièges à bord sont montés et utilisés. Les voyages organisés pour le compte de la Nasa ne vont jamais au-delà de quatre astronautes, à l’aller comme au retour. Les vols d’essai n’accueillaient même que deux personnes.

Une autre piste serait d’envoyer une capsule Crew Dragon supplémentaire dans l’espace, à la place du point d’ancrage occupé par le Soyouz MS-22. Elle serait envoyée vide et manœuvrerait automatiquement jusqu’à l’ISS — une capacité qu’a déjà le Crew Dragon. Elle embarquerait alors les trois personnes et rentrerait sur Terre, comme une mission classique.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !