Quelques semaines après l’orque, c’est maintenant un rorqual qui est observé dans la Seine. Mais cela semble davantage commun dans le lieu d’observation. En revanche, une surveillance a été établie, tout comme des consignes strictes.

Début juin 2022, une orque faisait les gros titres : visiblement affaiblie, elle circulait dans la Seine. Malgré des efforts mis en place pour essayer de la sauver, elle est finalement décédée. Mais voilà que ce 1er juillet, la préfecture de Normandie et de Seine-Maritime donne l’alerte sur un cas qui semble en partie similaire. Un cétacé a été observé, à plusieurs reprises, entre le pont de Normandie et le pont de Tancarville, dans la Seine.

« Sous la coordination du préfet de la Seine-Maritime, l’animal fait l’objet d’une attention particulière de la part de l’ensemble des acteurs », indique le communiqué officiel. Navires, bateaux et autres engins flottants ont été avisés de la présence de l’animal, avec, pour consigne, de ne pas s’en approcher à moins de 100 mètres — pour ne pas prendre de risques (car il est imposant), mais aussi pour ne pas potentiellement le blesser.

Ce serait un rorqual

À partir des premiers témoignages reçus, il s’agirait d’un rorqual à museau pointu, de taille adulte. L’espèce appartient à la famille Balaenopteridae et, en mesurant parfois jusqu’à 20 mètres de long, elle est le plus grand animal vivant actuellement sur Terre après la baleine bleue. On relève sa présence dans la plupart des océans, et même en Méditerranée.

rorqual_vue_aerienne
Un rorqual commun en vue aérienne. // Source : Domaine public

Le rorqual actuellement aperçu dans la Seine mesure 10 mètres de long, une taille particulièrement imposante. « L’animal observé se déplace lentement mais avec des mouvements puissants, et semble dans une bonne condition physique », précise le communiqué. Il n’est donc pas mal en point comme l’était l’orque récemment retrouvée dans la Seine.

Les deux situations sont par ailleurs distinctes, car l’orque était allée beaucoup plus loin dans la Seine, se rapprochant de Paris. Le rorqual actuellement observé évolue dans une zone où trouver un tel animal n’est si inhabituel. « S’il est confirmé qu’il s’agit bien de cette espèce, il n’est pas rare d’observer des spécimens isolés dans des zones côtières dans lesquelles l’animal est en capacité de se nourrir, y compris dans un estuaire », indique le communiqué préfectoral.

La surveillance est tout de même de mise, via une opération pilotée par le GECC — le Groupe d’Etudes des Cétacés du Cotentin. L’organisation Sea Shepherd pourrait également être mobilisée, et elle a d’ailleurs diffusé des images de l’animal.

La participation citoyenne et des professionnels est également demandée, afin que les témoins signalent toute observation de l’animal. Raison pour laquelle le communiqué indique des coordonnées.