Les développeurs de Star Citizen ont pris à partie les fans impatients, dont les plaintes légitimes peuvent distraire la production de ce projet démarré en 2012.

Star Citizen, c’est la merveilleuse histoire d’un projet ultra ambitieux qui ne sortira sans doute jamais. Grâce aux multiples promesses, les développeurs ont pu amasser la somme record de 400 millions de dollars (ils continuent d’en récolter, d’ailleurs). Ce financement participatif, né en 2012 sur Kickstarter, implique logiquement les nombreuses personnes qui ont accepté de payer pour croire à cette simulation spatiale ultime. Sauf qu’elle existe aujourd’hui sous une forme embryonnaire, régulièrement, mais insuffisamment — elle est mise à jour pour contenter l’appétit de tout un chacun.

Pour beaucoup, Star Citizen est devenu une farce, voire un running gag. Il est en tout cas un serpent de mer dont on peine à voir le bout de la queue. Pour mieux aider à faire patienter celles et ceux qui soutiennent le projet, Cloud Imperium Games a longtemps été très transparent sur son calendrier. En 2020, il a par exemple introduit une nouvelle manière de partager les informations avec les fans, afin qu’ils puissent davantage être au courant des chantiers en cours. Mais, aujourd’hui, ce système semble agacer les développeurs, qui n’ont pas manqué de le faire savoir avec un communiqué lunaire publié le 2 février 2022.

Star Citizen
Star Citizen. // Source : Cloud Imperium Games

Les développeurs de Star Citizen s’en prennent aux fans logiquement en colère

À l’origine, Cloud Imperium Games tenait à ce que sa communauté puisse visualiser avec précision les différents éléments sur lesquels les équipes sont en train de travailler. « Nous avons partagé publiquement plus de 450 fonctionnalités, partagées entre 52 équipes. Aujourd’hui, nous avons décidé de rétropédaler sur cette stratégie », indique l’entreprise. L’intention originale était louable : non seulement l’idée était de préparer au mieux les joueuses et les joueurs, mais aussi de les sensibiliser sur les exigences d’un tel développement — avec tous les aléas que cela implique (lire : les retards).

Hélas, malgré cette transparence assumée, Cloud Imperium Games continue de faire face à l’impatience de certaines personnes, lesquelles sont légitiment en colère (Star Citizen est né en 2012, pour rappel). Et la firme s’adresse à elles sans prendre aucune pincette : « Il est devenu évident pour nous que, malgré nos efforts pour mieux communiquer sur la fluidité du développement et le fait qu’il ne faut se fier aux fonctionnalités marquées comme provisoires, beaucoup de nos joueurs les plus passionnés continuent de mal interpréter ce qui est considéré comme des promesses ». Elle va jusqu’à qualifier cette frange de la communauté de « bruyante », « à l’origine d’un bruit parasite continu qui devient une source de distraction pour CIG et la communauté ». 

Par conséquent, Cloud Imperium Games a décidé de moins en montrer sur son calendrier, pour mieux se concentrer sur les échéances à plus court terme — celles qui ne devraient pas embraser les forums. S’il faut bien reconnaître que la véhémence de certains fans peut effectivement se transformer en immense pression pour les développeurs (surtout à une époque où tout va très vite sur les réseaux sociaux), il convient de rappeler que Star Citizen est un peu trop devenu une arlésienne — et une usine à vent — pour lui trouver des excuses. On récolte ce que l’on sème.