L’année passée, la série d’animation qui aura fait le plus le buzz est sans conteste Arcane sur Netflix. Mais il ne faudrait pas oublier que l’animation japonaise a livré une fois encore quelques perles. Voici notre sélection.

L’Attaque des Titans (saison finale, partie 1)

Le changement de studio (MAPPA remplace Wit Studio) et de staff n’aura pas joué sur la qualité de l’adaptation du manga désormais culte de Hajime Isayama. Pourtant, entre la multiplication des projets chez MAPPA et la crise sanitaire, on pouvait craindre le pire.

Ainsi, cette première partie de l’ultime saison tient ses promesses de spectacle intense et dramatique (l’attaque de la cité de Revelio à se décrocher la mâchoire). Bouleversant nos repères, l’intrigue se joue du spectateur par de biais de procédés astucieux : ellipse brutale, nouveaux personnages centraux, absence de manichéisme et évolution pour le moins perturbante de son héros principal, Eren. L’Attaque des Titans n’a jamais aussi bien mérité son statut de chef-d’œuvre absolu.

La série est disponible sur Wakanim et Crunchyroll.

Megalobox 2: Nomad

Diffusé en 2018, Megalobox était un magnifique hommage à Ashita no Joe pour ses 50 ans. Nous l’avions d’ailleurs cité dans notre top à l’époque. Il faut avouer que l’on était dubitatif sur la mise en chantier d’une suite tant la série se suffisait à elle-même.

Nomad réussit l’exploit de surpasser la première saison. Le ton est résolument plus sombre et dramatique. Il est question de rédemption et de deuil. Nous avions quitté Joe au sommet. Nous le retrouvons ici, quelques années plus tard, au fond du trou, plus proche d’un animal que d’un humain. La boxe n’est plus qu’au second plan et les quelques rares combats ne sont qu’un prétexte pour matérialiser les sentiments des personnages. Seul regret : la première partie est tellement exceptionnelle que la seconde paraît un brin décevante.

La série est disponible sur Wakanim.

SK8 the Infinity

Un top sans une série du studio Bones n’est pas un top dans les règles de l’art. Si la cinquième saison de My Hero Academia fut en deçà des précédentes, la surprise est venue de cet animé sur des courses de skate réalisées par la talentueuse Hiroko Utsumi (Banana Fish, Free!).

Il n’est pas nécessaire d’être adepte de la planche de bois pour apprécier cette création originale débordante d’énergie et dotée de personnages hauts en couleur. Les deux héros sont attachants, et le bad guy semble tout droit sorti de Jojo’s Bizarre Adventure. Si vous cherchez un anime feel good, spectaculaire, rythmé, qui peut être aussi drôle, que touchant, Sk8 the Infinity est pour vous. Bonne nouvelle, Reki et Langa devraient revenir pour une nouvelle saison en plus.

La série est disponible sur Wakanim.

Ranking of Kings

La dernière série de Wit Studio (Vinland Saga) est la seule de ce classement qui ne soit pas encore terminée. Mais 12 épisodes suffisent amplement pour juger la qualité de cette adaptation du manga de Sôsuke Tôka (prévu à partir d’avril chez Ki-oon).

Encore une histoire d’heroic fantasy, me direz-vous ? Mais vous n’en avez jamais vu une ayant pour héros un jeune prince sourd et muet, bien décidé à devenir le plus grand des rois. À la fois drôle, émouvant, enfantin tout en étant mature, Ranking of Kings est une œuvre à part. Mais surtout, c’est une nouvelle preuve que Wit Studio est tranquillement en train de s’installer au sommet de l’animation japonaise.

La série est disponible sur Wakanim et Crunchyroll.

Mushoku Tensei: Jobless Reincarnation

Nous aurions pu citer la saison 2 de Moi, quand je me réincarne en Slime, mais le vainqueur de la bataille des isekai est Mushoku Tensei. La première œuvre de Studio Bind a vraiment impressionné par sa réalisation exceptionnelle digne d’un long-métrage.

Alors Mushoku Tensei est loin d’être parfait, comme en témoigne les tentatives ratées d’humour sous la ceinture et certains passages embarrassants quand on sait que le jeune héros est aussi un adulte réincarné (la voix off nous le rappelle constamment). Mais en tant que récit d’aventures dépaysant, Mushoku Tensei réussit haut la main ce qu’il entreprend, avec un scénario solide et des personnages bien construits. Le second opus nous propose d’ailleurs de nombreux passages marquants : émouvants comme les retrouvailles avec le paternel et tendus, comme l’affrontement contre Orsted, le Roi Dragon.

La série est disponible sur Wakanim.

Tokyo Revengers

Après Demon Slayer et Jujutsu Kaisen, voici le nouveau phénomène du shônen manga (quasi 25 millions de tomes au Japon l’an passé). Forcément c’est l’animé qui a débloqué les compteurs et mis en avant l’œuvre de Ken Wahui. Les japonais se passionnent pour les aventures de Takemichi Hanagaki, revenu dans le passé pour corriger ses erreurs de jeunesse et devenir un membre influent d’un gang, dans le but de sauver sa petite amie.

À la différence des autres shônen qui cartonnent actuellement, Tokyo Revengers est un « furyô », un sous-genre qui met en scène des délinquants. Mais c’est aussi un pur thriller de fantastique façon L’Effet Papillon, doté de nombreux rebondissements et d’une galerie de personnages attachants. Si l’on met de côté quelques incohérences inhérentes aux histoires de voyages temporels et si l’on fait abstraction d’une réalisation en-dessous des standards habituels, la série peut se déguster d’une traite.

La série est disponible sur Crunchyroll.

To Your Eternity

Qui n’a pas pleuré lors du tout premier épisode de To Your Eternity ? Le récit de fantasy aura connu cette année de nombreuses perles et cette adaptation du manga de Yoshitoki Ôima (A Silent Voice) en fait partie. On suit une entité immortelle envoyée sur Terre qui se lance dans un voyage à la recherches d’expériences et de rencontres.

To Your Eternity se distingue du tout-venant des histoires de fantasy. La perte d’un être cher y est abordée de manière frontale, tandis que le héros, Fushi l’immortel est en pleine quête d’identité dans un monde qui s’avère souvent impitoyable.

Le drame prévaut souvent sur l’aventure et les situations comiques (il y en a quand même). Mais jamais l’œuvre de tombe dans le pathos. Un regret toutefois sur le dernier arc, plus faible aussi bien techniquement que du point de vue de l’intrigue. Mais cela n’enlève rien à la qualité globale de l’animé.

La série est disponible sur Crunchyroll et ADN.

Demon Slayer : Le Train de l’infini

Authentique phénomène culturel au Japon, Demon Slayer a aussi conquis la France au printemps dernier en ramenant plus de 700 000 spectateurs dès la réouverture des salles. Un record, d’autant plus que le film est la suite de la série diffusée en 2018 sur Wakanim.

Le Train de l’infini change le cadre mais reprend tous les ingrédients de la première saison : démons et bastons. Puis rajoute comme cerise sur le gâteau le Pilier de la Flamme, Kyojuro Rengoku. Véritable star de ce long-métrage, il vole la vedette à nos trois héros, qui se retrouvent sur la touche le temps d’un incroyable combat final contre un ennemi surpuissant. Dans le genre shônen nekketsu, Demon Slayer est ce qui se fait de mieux actuellement.

Depuis cet automne, le film fait office de premier arc de la saison 2. Il n’est donc disponible actuellement que sous la forme d’épisodes sur Wakanim et Crunchyroll.

Violet Evergarden, le film

Maintes fois repoussé en raison de la pandémie, le film Violet Evergarden, concluant la série TV de 2018, avait bénéficié d’une sortie évènementielle en salle au mois de mai dernier. C’était le lieu idéal pour découvrir ce mélodrame flamboyant qui aura fait couler des torrents de larmes.

Après avoir parcouru le monde à s’occuper des autres, Violet décide de se prendre en main lorsqu’elle découvre une lettre dont l’auteur pourrait être le major Gilbert Bougainvillea. Alors est-ce bien lui censé pourtant être décédé ? Malgré sa durée importante (2h20 tout de même), ce film garde son intensité tout le long durant. On ne remerciera jamais assez Taichi Ishidate, Reiko Yoshida et tout le staff de chez Kyoto Animation d’avoir livré un dénouement parfait. À noter qu’il est fortement recommandé de voir la série avant pour pleinement apprécier le film.

Le film est disponible sur Netflix (et en mars prochain en Blu-ray 4K UHD).

Mobile Suit Gundam : L’Éclat de Hathaway

On ne présente plus la célèbre franchise créée par Yoshiyuki Tomino et qui 40 ans après continue d’inspirer l’animation japonaise. 00, Unicorn, Thunderbolt, The Origin… On ne compte plus les œuvres majeures sur les dernières années. L’Éclat de Hathaway est un projet ambitieux composé de 3 films, adaptant une série de romans écrite par Tomino à la fin des années 80. On y suit Hathaway Noa, fils de Bright, devenu leader d’une organisation terroriste combattant la Fédération. En mission sur Terre, sa rencontre avec la belle Gigi Andalucia va changer son destin.

L’Éclat de Hathaway est en quelque sorte une extension de saga originale commencée en 1979 par la série Mobile Suit Gundam et qui s’est arrêté en 1988 par le long-métrage Char contre-attaque. Les néophytes auront donc du mal à accrocher les wagons. Mais pour les autres, c’est un pur bonheur magnifié par la musique épique de Hiroyuki Sawano et la réalisation exceptionnelle de Shukô Murase. Seule ombre au tableau : il faudra attendre 2024 au moins pour voir le deuxième volet.

Le film est disponible sur Netflix.

Et pour 2022 ?

Les plus grosses attentes sont assurément la seconde partie de la saison finale de L’Attaque des Titans qui débute ce dimanche (avec une rumeur de film en guise de conclusion), mais aussi l’adaptation de Chainsaw Man (sûrement prévue à l’automne) et le film Jujutsu Kaisen 0 dont on espère une sortie ciné dans les prochaines semaines. Que des titres du studio MAPPA !

Parmi les autres animés attendus, nous aurons au printemps : la partie 2 de Jojo’s Bizarre Adventure: Stone Ocean, l’adaptation du manga de foot Ao Ashi, l’adaptation de Spy × Family, la saison 4 de Kingdom, la saison 2 de The Rising of the Shield Hero, la saison 2 de Tiger & Bunny, la saison 3 des Héros de la Galaxie, et Bubble, le nouveau long-métrage attendu de Tetsurô Araki pour Netflix.

À l’automne, ce sera l’adaptation du dernier arc de Bleach (10 ans après la fin de la série), la saison 6 de My Hero Academia (avec d’abord le film World Heroes’ fin janvier) et la saison 2 de To Your Eternity. D’autres titres sont prévus mais sans date pour l’instant : l’adaptation de Blue Lock (autre manga de foot), une nouvelle série et un nouveau film de la franchise Gundam (The Witch From Mercury et Cucuruz Doan’s Island), la saison 2 de Made in Abyss, la saison 4 de Overlord, la saison 3 de Mob Psycho 100, une nouvelle adaptation de Spriggan, une autre de Lamu, une nouvelle série originale de Wit Studio avec Vampire in the Garden,  le film Dragon Ball Super: Super Hero, le film Moi, quand je me réincarne en Slime, le second film Sword Art Online -Progressive- et bien sûr le dernier Makoto Shinkai : Suzume no Tajomari. Un sacré programme.