Ellie tire son prénom d'une histoire personnelle liée à Neil Druckmann, co-réalisateur et scénariste.

En 2013, The Last of Us est instantanément devenu culte, grâce à un duo de personnages marquants — Ellie et Joel, une histoire aussi violente que touchante et à un environnement d’une grande richesse. Il en résultait une œuvre post-apocalyptique puissante. Quelques années plus tard, on a pu retrouver les personnages dans une suite — The Last of Us Part II, véritable claque visuelle et narrative une nouvelle fois.

Dans le second opus, on retrouve les personnages, mais Ellie a bien grandi. L’héroïne se complexifie puisqu’on la suit dans une quête de vengeance effrénée. Mais au fait, pourquoi le studio Naughty Dog l’a appelé « Ellie » initialement ?

The Last of Us Part II // Source : Naughty Dog

Une histoire personnelle

C’est en grande partie à Neil Druckmann que l’on doit ce prénom, co-réalisateur et auteur du premier jeu. Lors de la production de The Last of Us, il s’apprêtait à devenir papa et, avec son épouse, ils envisageaient plusieurs prénoms. Parmi eux, il y avait Ellie. Au début du développement du jeu, le personnage (âgée de 14 ans dans le premier opus) s’appelait Lilly. Finalement, c’est l’un des prénoms de cette liste très personnelle qui a été choisi.

C’est ce qu’il évoquait auprès du Washington Post : «  J’aime trouver des choses auxquelles j’ai un attachement émotionnel, puis les mettre dans une histoire. Je me suis davantage investi grâce à cela. C’est donc l’une des raisons pour lesquelles nous avons choisi Ellie. » Et le choix est effectivement assez cohérent : Neil Druckmann a tendance à expliquer que la notion d’amour parental fait partie de l’ADN du premier jeu. Quoi de plus cohérent, et poétique, que de lui donner un prénom qui a été envisagé pour la fille du réalisateur et scénariste ?

D’ailleurs, on apprend aussi dans cette interview au Washington Post que Neil Druckmann avait eu l’idée initiale dès 2004, lorsqu’il était étudiant en master : il imaginait alors un flic protégeant une jeune fille, celui-ci ayant perdu son enfant, et celle-ci ayant perdu son père. L’esprit de The Last of Us était déjà un peu là, et décidément ancré dans la parentalité.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo