« L'Empire s'effondre » est le premier roman de Sébastien Coville.

C’est un premier roman qu’ont publié, en mai 2021, les éditions Anne Carrière. Le scénariste Sébastien Coville propose le tome initial d’une trilogie, intitulé L’Empire s’effondre. Le « cercle-monde » imaginé par l’auteur est le théâtre de puissantes tensions sociales et politiques. Un attentat à Seth, la capitale, signera le destin funeste de cet empire : un effondrement explosif, violent, déchainant les passions. La capitale n’était que le symptôme d’un malaise plus profond, infusant tout le cercle-monde, aboutissant à une forme de révolution sanglante.

Si le roman s’inscrit dans le domaine de la littérature de l’imaginaire, il est cependant un inclassable. Il emprunte une partie de ses codes à la fantasy, en imaginant un monde plat et bordé à la façon de Terry Pratchett. L’atmosphère quant à elle ne cesse d’avoir des effluves de steampunk — l’ère est celle d’une industrialisation et deux des personnages centraux, l’ingénieur Alfred de Pergoal et la mécanicienne Léonore Azur, sont les brillants esprits derrière des machines à vapeur.

Couverture (sublime) de L’Empire s’effondre. // Source : Marc Simonetti

Quant à la narration, elle est celle d’un roman historique. Sébastien Coville raconte son récit comme s’il s’agissait du passé de l’Histoire française, dont il s’inspire d’ailleurs en partie tout en puisant dans l’actualité moderne. Car L’Empire s’effondre appartient à un imaginaire politique, empreint d’un regard clairement nourri par une étude de la sociologie politique et des mouvements sociaux. Plus encore, le roman pourrait être facilement lu au regard de la science politique — on pourrait y poser des grilles de lecture issues de sociologues comme Pierre Rosanvallon.

C’est d’ailleurs là que ce roman de Sébastien Coville trouve son intérêt : le cercle-monde est très similaire au nôtre, mais il est totalement différent. Un paradoxe qui n’a de cesse de titiller l’esprit au fil de la lecture. Les thématiques de fond, quant à elles, sont presque universelles, puisque dans le chaos qui nous est narré, il s’agit tout à la fois d’un affrontement social entre castes (quel idéal politique défendre ?), ainsi qu’entre le savoir et la guerre (quelles valeurs philosophiques porter comme modèle de société ?).

Révolution sanglante

En cherchant à réaliser une fresque sociopolitique complète d’un monde imaginaire, Sébastien Coville est ambitieux. Cette fresque est bel et bien complète : L’Empire s’effondre aborde moult détails de la vie dans ce monde, comme les organisations politiques, les castes sociales, les dieux, les coutumes de la vie quotidienne, les sciences et techniques. C’est un travail titanesque que l’auteur a mené. Il y a un revers de la médaille : il s’agit d’une difficulté pour les lecteurs et lectrices, car il nous faut prendre le temps d’assimiler tous ces éléments et il vaut mieux éviter de perdre le fil. L’Empire s’effondre est un roman exigeant.

La difficulté à assimiler tous les plans du monde et de l’histoire ne constitue pas, cependant, une difficulté de lecture en tant que telle. L’ouvrage a en effet deux qualités : sa grille analytique à travers les mouvements sociaux d’une part, et la plume de l’auteur d’autre part. C’est un premier roman à l’écriture redoutablement mature. Sébastien Coville maitrise parfaitement l’art de la narration. Les scènes sont d’un réalisme marquant, rythmées, et cisaillées tout à la fois par une esthétique visuelle comme par une présence des émotions.

Quant à la révolution narrée dans cette chronique historique d’un effondrement imaginaire, elle est pour le mois sanglante. L’Empire s’effondre est un roman violent, aux séquences parfois presque macabres. Il vaut mieux s’en trouver prévenu. L’empathie fera parfois défaut envers les personnages, aussi complexes et mis à l’épreuve soient-ils, peut-être car le récit est construit comme un roman historique, ce qui implique une forme de distance.

L’Empire s’effondre est une ambitieuse et brutale exploration de l’effondrement d’un modèle de société rongé par ses tourments trop longtemps enfouis. D’une plume parfaitement maitrisée, Sébastien Coville nous plonge dans une révolution totale, en la disséquant pour essayer de montrer quel est le sens derrière le chaos. Une mobilisation intelligente de l’imaginaire politique.

  • Vous pouvez commander en ligne L’Empire s’effondre auprès d’une librairie indépendante près de chez vous via LaLibrairie

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo