Le rachat de Bethesda par Microsoft n'a pas tardé à bénéficier aux joueurs. À compter du 1er octobre, les abonnés au Xbox Game Pass pourront jouer à l'excellent Doom Eternal.

Cette semaine, Microsoft a officialisé le rachat de ZeniMax Media, maison-mère de Bethesda, éditeur de plusieurs licences de jeux vidéo populaires. L’annonce a fait l’effet d’une bombe et il y a déjà une première conséquence positive pour les joueurs. Dans un communiqué publié le 24 septembre, on apprend que Doom Eternal sera disponible dans le Xbox Game Pass à compter du 1er octobre (d’abord sur Xbox One, plus tard sur PC).

Phil Spencer, patron de la branche Xbox, avait promis que les gros titres de Bethesda allaient nourrir le catalogue Xbox Game Pass. Il n’a pas menti. Dans le cas de Doom Eternal, il faut rappeler qu’il s’agit d’un des meilleurs jeux de l’année 2020, sorti le 20 mars dernier. Les quelques 15 millions d’abonnés au Xbox Game Pass auraient tort de ne pas l’essayer. Sur Metacritic, il affiche le score de 88 sur 100.

Doom Eternal // Source : Bethesda

Pourquoi il faut jouer à Doom Eternal

À nos yeux, Doom Eternal est la nouvelle référence du fast-FPS, soit un jeu de tir à la première personne ultra nerveux où il ne faut jamais s’arrêter sous peine de connaître un game over. Beau comme un diable et s’appuyant sur une prise en main irréprochable, Doom Eternal est un défouloir articulé autour de sensations folles. On pourra même prolonger le plaisir le 20 octobre avec l’extension The Ancient Gods – Part One.  

L’arrivée de Doom Eternal au sein du Xbox Game Pass en préfigure d’autres.  Aujourd’hui, les abonnés peuvent déjà profiter de Rage 2 et Fallout 76 — deux épisodes décevants –, ainsi que de Dishonored 2. Mais des jeux comme Wolfenstein : The New Order, Wolfenstein II : The New Colossus, The Evil Within, The Evil Within 2 ou encore The Elder Scrolls V : Skyrim Special Edition offriront encore plus de poids au Xbox Game Pass — l’argument coup de poing de Microsoft pour les années à venir.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo