Le Centre Pompidou a créé son propre jeu vidéo. Dans Prisme7, un curieux organisme se nourrit des caractéristiques des œuvres d'arts du musée. À vous de déambuler virtuellement dans sept étages différents du bâtiment pour les trouver.

Les portes du Centre Pompidou sont actuellement closes en raison de l’épidémie de coronavirus, mais il reste possible de pénétrer virtuellement dans les salles du Musée national d’art moderne grâce à un jeu vidéo. Depuis le 24 avril 2020, Prisme7 est téléchargeable gratuitement sur iOS, Android, Steam, Windows et Mac et via un site dédié.

Dans ce premier jeu créé par le centre, développé par Game In Society et Bright, l’idée est de mieux comprendre la création des œuvres d’arts modernes et contemporaines. Lancé dans une visite virtuelle du musée, le joueur se glisse dans la peau d’un curieux organisme, qui se nourrit des caractéristiques des œuvres. La déambulation commence dans les célèbres tuyaux du bâtiment parisien.

Tout commence à l’Étage 1 avec un parcours « Couleur fonctionnelle ». // Source : Capture d’écran Prisme7

Dès les premiers instants, le jeu est facile à comprendre. Il suffit d’indiquer au petit être que l’on incarne (représenté par des points noirs en mouvement, un choix motivé par une volonté de neutralité) où se déplacer. Il faut tapoter sur son écran quand on joue sur mobile et faire des clics gauches sur un ordinateur. Ainsi, on traverse différents étages du musée. Parmi les tâches à accomplir, il faut faire en sorte de récupérer des « orbes », matérialisés sous la forme de petits points rouges disséminés dans les pièces. Une fois ramassés, ces orbes permettent de progresser : ils servent à viser des objets que l’on souhaite déplacer ou faire disparaitre de son chemin.

Derrière chaque gemme bleue se cache une œuvre à découvrir

Mais les véritables trésors convoités sont représentés par des gemmes bleues, car elles représentent chacune une nouvelle œuvre d’art à découvrir. Lorsqu’une gemme est atteinte, il suffit de sélectionner l’icône étoilée qui s’affiche pour voir l’œuvre en question. Dans le niveau « Couleur fonctionnelle » (le tout premier du jeu), on tombe par exemple sur Le Rhinocéros de Xavier Veilhan, qui associe de façon décalée la forme de cet animal à la couleur rouge. En accumulant les œuvres, l’organisme se construit. À n’importe quel moment, il est possible de consulter la galerie des œuvres depuis le menu du jeu.

Le premier niveau permet de se familiariser avec le jeu. Les niveaux suivants (six) favorisent davantage l’exploration. Au total, cinq étages sont consacrés au thème de la couleur et deux à celui de la lumière. Prisme7 est un jeu agréable et apaisant, par son environnement épuré et l’immersion sonore qu’il propose (mieux vaut jouer avec un casque pour en profiter pleinement). Il demande un peu d’observation, de patience et de réflexion pour deviner comment contourner les obstacles, tout en rendant l’art contemporain accessible à tous et toutes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo