Incarnez l’un des quatre fameux chasseurs de prime, et partez sur les traces du tristement célèbre Vicious, dans ce jeu de société dans l’univers de l’anime culte Cowboy Bebop.

Vous incarnez Faye, Ed, Spike ou Jet, célèbres membres de l’équipage du Bebop. Traquez les criminels dans toute la galaxie pour devenir le chasseur de primes le plus renommé.

Cowboy Bebop — Space Serenade est un jeu de deck building, comme Hogwarts Battle, Clank, ou Hero Realms, par exemple. Chaque joueur commence avec les quasi dix mêmes cartes, mais va en ajouter d’autres au fur et à mesure de la partie pour améliorer son paquet.

Comme dans l’anime, le but est de traquer les criminels recherchés par Big Shot, et ramasser la prime.

Cowboy Bebop
Une partie en cours // Source : Don’t Panic Games

À son tour, on joue les cinq cartes de sa main. La plupart ont des effets particuliers, et produisent des ressources. Des woolongs, la monnaie du jeu, pour s’acheter de nouvelles cartes plus intéressantes. Du carburant, pour voyager entre le vaisseau et les trois planètes, sur lesquelles se cachent les criminels. Et enfin, pour appréhender ces derniers, des points de force ou des indices.

En effet, avant d’arrêter un criminel, il faut l’affaiblir. Soit en le combattant, soit en enquêtant. Le résultat est le même, à la différence qu’en cas de combat, on ajoute des cartes de dégâts à notre paquet, qui ne servent à rien d’autre qu’à polluer notre pioche et donc nous ralentir.

Cowboy Bebop
Quelques cartes // Source : Sébastien Goetz pour Numerama

Même s’il s’agit d’un jeu compétitif, il est parsemé d’éléments (semi-)coopératifs. Ainsi, plusieurs joueurs peuvent affaiblir un même criminel, puis gagner de la renommée à hauteur de leurs efforts lors de sa capture.

Dans le même ordre d’idée, chaque personnage dispose d’une capacité spéciale pouvant être utilisée par un adversaire se trouvant sur la même planète. Chacun pour soi, mais l’entraide (forcée, on ne peut pas refuser) est de mise.

Le dernier criminel à attraper est l’impitoyable Vicious, nettement plus costaud que ses sous-fifres. Il n’est pas nécessaire de le capturer pour remporter la partie. Même s’il s’échappe, le joueur à la plus grande renommée l’emporte. Simplement, sa victoire sera un peu moins spectaculaire…

Pourquoi c’est bien

Dans sa mécanique de base, le deck building, Cowboy Bebop est plutôt classique. On pourra retenir les effets d’équipe des cartes, déjà vus, mais rarement, dans d’autres jeux (Star Realms notamment).

C’est dans tout ce qu’il y a autour que le jeu se distingue.

Cowboy Bebop
Source : Don’t Panic Games

Par son fan service en premier lieu, évidemment. Les aficionados de l’anime seront en terrain conquis. On retrouve l’univers, les illustrations, les personnages, les criminels, même le petit écran Big Shot. Diffusez la bande-son jazzy en fond, et vous voilà dans l’ambiance de la série.

Mais le jeu n’est pas réservé qu’aux fans, il peut tout autant s’apprécier même si vous ne connaissez pas du tout l’œuvre originelle. D’autant que le matériel est de très bonne facture, avec de jolies figurines (à peindre si vous en avez les capacités), de grosses tuiles cartonnées, le tout se basant sur les illustrations issues de l’anime.

Les aficionados de l’anime seront en terrain conquis

Mais Cowboy Bebop puise essentiellement son originalité dans cette espèce de semi-coopération forcée pour traquer les criminels. Que vous le vouliez ou non, vos adversaires ne vous laisseront pas capturer seul un bandit. Vicious, notamment. Des alliances éphémères se forment, tant pour affaiblir un criminel à plusieurs que pour utiliser la compétence d’un autre joueur se trouvant sur la même planète.

Le déroulé en deux temps de la partie, d’abord la traque des hors-la-loi lambda, puis celle de Vicious, la gestion du carburant pour faire voyager votre personnage dans l’espace, ainsi que les deux possibilités d’affaiblir un criminel (par le combat ou en enquêtant), apportent également un peu de renouveau plaisant.

Cowboy Bebop
Le plateau personnel de Spike // Source : Sébastien Goetz pour Numerama

Que vous soyez fan ou non de la série animée, Cowboy Bebop — Space Serenade saura probablement vous séduire. Mais soyons honnêtes, nettement plus les joueurs de la première catégorie. Il est moins technique que la plupart des autres jeux de deck building. Plus thématique, sans pour autant raconter une histoire. Notamment dans la traque « commune » des criminels. C’est pourquoi, contrairement aux autres jeux basés sur cette mécanique, généralement bien plus à agréables à pratiquer à deux, nous conseillons de jouer à Cowboy Bebop à trois, ou mieux encore, à quatre joueurs. C’est dans cette configuration que l’interaction est la plus forte, et que ses particularités mécaniques prennent tout leur sens.

À jouer en attendant (ou pas) le live action de la série…

  • Cowboy Bebop — Space Serenade est un jeu de Johan Benvenuto et Florian Siriex
  • Édité par Don’t Panic Games
  • Pour 1 à 4 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 60 minutes
  • Au prix de 45,00 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux