Cette semaine, nous avons découvert le jeu plateau Escape from the Asylum. Échappez-vous si vous le pouvez !

Vous comprenez, en ouvrant doucement les yeux, que vous êtes enfermé dans une cellule, froide et obscure, d’une clinique psychiatrique. Qui vous y a mis ? Et pourquoi ? Peu importe, l’important est d’en sortir, vite. Incarnez tour à tour chacun des cinq personnages aux destins liés, au travers de dix épisodes, découpés en deux saisons, telle une série télé.

Escape from the Asylum est un jeu coopératif de style escape game, dans la même veine qu’Unlock ou Exit. Lors du premier scénario, vous êtes dans la peau d’un homme ignorant la raison de sa présence dans cet hôpital. La carte n° 0001 vous explique le contexte et, à l’instar des livres dont vous êtes le héros, vous renvoie à une autre carte numérotée pour poursuivre votre aventure.

L’histoire continue ainsi, de carte en carte, jusqu’à tomber sur l’une d’elles qui, plutôt que de fournir le numéro de la suivante, vous demande de prendre une des enveloppes présentes dans la boite.

Escape from the Asylum
Source : Lifestyle Boardgames

Ces dernières sont le cœur du jeu. Chacune représente une pièce de l’hôpital. Elles contiennent différents matériels, formant une énigme, dont la réponse, si elle est correcte, correspond au numéro de la prochaine carte permettant de poursuivre le scénario. Parfois, il faudra auparavant réussir une énigme pour ouvrir la porte de la pièce en question, et donc avoir le droit d’ouvrir l’enveloppe.

Escape from the Asylum
Une des enveloppes-portes et son contenu mystère // Source : Lifestyle Boardgames

Nous ne dévoilerons pas le contenu des énigmes, mais elles sont de différents types : manipulation, logique, culture générale, mathématique, etc.

De fil en aiguille, le patient incarné par le groupe de joueurs déambule dans les salles et couloirs de l’institut psychiatrique. Parfois même il faudra faire des choix ayant potentiellement des conséquences sur la suite. Jusqu’à tomber sur la dernière carte du scénario, après environ une heure de jeu. L’histoire du personnage est mise en pause, et on passe alors à un autre scénario, centré sur une autre personne, en lisant la carte n° 0002.

Le jeu est composé de deux boîtes, comportant chacune cinq scénarios. La première permet d’incarner tour à tour cinq personnages différents, et la seconde continue et termine leurs histoires respectives. Comme une série télé, en somme.

Pourquoi c’est bien

À l’instar d’Unlock ou Exit, Escape from the Asylum est un escape game coopératif. Mais contrairement au premier, il ne nécessite pas d’application pour jouer, et contrairement au second, aucun matériel n’a besoin d’être détruit. Il suffira de tout ranger correctement pour prêter le jeu à un autre groupe de joueurs.

L’autre point fort d’Escape from the Asylum réside dans son aspect scénaristique et narratif. Ces deux éléments font souvent défaut dans les autres jeux du genre, dont le scénario tient généralement sur un timbre-poste. On tend plus, sur cet aspect précis, vers un jeu d’enquête, tel Detective ou Chronicles of Crime. Sans en atteindre la profondeur, puisqu’on reste tout de même dans une suite d’énigmes.

Escape from the Asylum
Source : Lifestyle Boardgames

Concernant ces dernières, vous en aurez pour votre argent. Dans le contenu pour commencer, le jeu proposant pas moins de dix scénarios, nécessitant environ une heure chacun pour en venir à bout. Ce qui ne sera pas chose aisée, puisque les énigmes sont complexes. Vraiment très complexes. Escape from the Asylum est le jeu d’escape le plus compliqué auquel nous ayons joué. Heureusement, vous ne serez jamais bloqué : trois petits livrets sont fournis, proposant respectivement, un premier, et un second indice, puis la solution de chaque énigme au besoin. Selon les capacités des joueurs, certaines énigmes poseront plus ou moins problème que d’autres.

Escape from the Asylum
Source : Lifestyle Boardgames

Seule ombre au tableau, quelques grosses fautes de grammaire ou d’orthographe, mais surtout quelques rares erreurs dans les énigmes. Heureusement, l’éditeur a été réactif et a mis un document en ligne pour corriger les bévues.

Un escape game à destination des joueurs expérimentés

Même si on achète un escape game pour se triturer les neurones, la mise en abime au travers des cinq personnages et de leurs histoires respectives permet à ce jeu d’être plus prenant que d’autres. Même si, avouons-le, le récit est un peu hachuré à force de devoir changer de carte régulièrement.

Bref, Escape from the Asylum est un escape game à destination des joueurs expérimentés, au vu de la difficulté de ses énigmes. Vous pourrez tout de même y jouer de façon plus légère, en n’hésitant pas à consulter les indices, voire la solution si vraiment vous êtes bloqués. Mais vous perdrez alors quelque peu l’intérêt du jeu. Au-delà de ces énigmes, le jeu propose de suivre les personnages, à la façon d’une série télé. Sans atteindre la qualité scénaristique d’un jeu d’enquête, l’effort est notable, et permet de dérouler les différentes énigmes au travers d’un fil conducteur, ajoutant encore un peu d’intérêt supplémentaire aux parties.

  • Escape from the Asylum est un jeu d’Alexander Peshkov, Ekaterina Pluzhnikova et Martin Nedergaard Andersen
  • Illustré par Anastasia Durova, Anastasia Stupak, Dmitry Krasnov, Maxim Suleimanov, Nadezhda Mikhailova, Pavel Korobkov, Victoria Kochkina et Victoria Volina-Lukian
  • Édité par Lifestyle Boardgames
  • Pour 1 à 6 joueurs à partir de 12 ans
  • Pour des parties d’environ 60 minutes
  • Au prix de 35,90 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux