Les conditions d'utilisations de l'Epic Games Store indiquent que le ragequit est interdit. Mais est-ce vraiment réaliste ?

Le ragequit pendant une partie serait-il devenu un fléau au point qu’Epic Games décide tout simplement de le bannir ? C’est en tout cas ce que laissent penser les conditions d’utilisation de l’Epic Games Store, comme l’a repéré un journaliste du Monde.fr et partagé sur Twitter. Dans la catégorie Conditions relatives à la licence qui expliquent les actions interdites dans le cadre d’une utilisation du store et des jeux qui lui sont liés.

On y trouve les termes « activités illégales » « escroqueries  » et même un « pollupostage  » (sponsorisé par l’Académie française). Sur le fond, ce sont des conditions que l’on trouve habituellement dans ce genre de licence, alors qu’interdire « l’abandon de jeu  » est plus inhabituel. Si le ragequit n’est jamais bien vu, les sanctions prises à l’encontre d’un joueur dans ce genre de cas dépendent généralement du développeur du jeu et pas du store.

Une menace dans le vent ?

À titre de comparaison, les règles de conduite de Steam demandent aux joueurs de ne pas « restreindre ou empêcher d’autres utilisateurs d’utiliser et de profiter des services, logiciels et autres produits Steam  ». Si un ragequit peut en effet empêcher de profiter d’une partie, la règle s’applique au store, et non aux jeux. Dans le cas de L’Epic Games Store, l’interdiction d’abandonner une partie en cours est bel et bien présente dans l’accord de licence.

Encore faut-il qu’Epic Games applique bien ses propres règles. Il ne serait pas étonnant qu’il s’agisse seulement d’un avertissement pour la forme, sans qu’aucune mesure ne soit prise par la suite. D’ailleurs, il arrive fréquemment que des joueurs et joueuses abandonnent une partie de Fortnite Battle Royale lorsqu’ils sentent que leur équipe a trop peu de chance de l’emporter (certains modes permettent de mourir plusieurs fois sur une partie).

Si la menace est réelle, il serait alors intéressant de comprendre comment le studio pourrait atteindre les personnes qui se comportent mal dans un jeu qui ne leur appartient pas. Dénonciation par les joueurs ? Par les développeurs ?

Contactée par mail au sujet de cette règle, l’entreprise nous a répondu que « le ragequit est sanctionné dès lors que le joueur est inactif de façon délibéré ou qu’il se déconnecte », sans plus de précision. Comment Epic Games sera capable de juger si votre départ est légitime, l’histoire ne le dit pas. Concernant les sanctions, la firme n’a pas souhaité se prononcer, mais on a du mal à imaginer une punition très sévère.

Partager sur les réseaux sociaux