Le site du Wall Street Journal a été hacké lundi 17 décembre. Des fans du youtubeurs PewDiePie ont réussi à y afficher un faux message de soutien en faveur du suédois. Ce qui l'a bien fait rire.

Certains sont prêts à tous pour soutenir leur youtubeur préféré… Y compris à hacker le site du Wall Street Journal. Lundi 17 décembre, une page pro-PewDiePie a ainsi été affichée sur la page du média américain par des pirates informatiques, comme l’a repéré Motherboard. Visiblement amusé, le youtubeur a partagé la page piratée avant qu’elle ne soit supprimée.

PewDiePie en concurrence avec une chaîne indienne

Avec ses 77 millions d’abonnés, le Suédois PewDiePie est le vidéaste le plus suivi de la plateforme. Mais depuis quelques semaines, il est en concurrence directe avec la 2ème plus grosse chaîne YouTube au monde, T-Series.

PewDiePie assure se moquer de cette petite bataille. Il a malgré tout dédié de nombreuses vidéos ces derniers jours à ce sujet, où il raconte combien il ne s’était pas amusé de la sorte depuis longtemps sur YouTube.

Ses fans, de leur côté, se sont largement mobilisés pour tenter de le maintenir au premier rang. Certains ont même loué des panneaux publicitaires géants pour y faire la promotion de PewDiePie, tandis que d’autres ont hacké des dizaines de milliers d’imprimantes pour diffuser des messages de soutien au vidéaste…

Une fausse lettre d’excuses

Jusqu’à ce lundi, où un autre pallier a été franchi avec le hack du Wall Street Journal. La page, depuis supprimée mais dont on trouve des archives en ligne, est une fausse lettre d’excuse, du Wall Street Journal à PewDiePie. Elle est ironiquement signée «  par T-Series ».

Une copie de la page piratée. // Source : Capture d’écran Web Archive / Numerama

On y lit : «  Le Wall Street Journal souhaiterait présenter ses excuses à PewDiePie. Nos journalistes, que nous avons depuis renvoyés, ont fait des erreurs, et nous soutenons PewDiePie pour qu’il atteigne un maximum d’abonnés et batte T-Series. »

Les pirates s’amusent ensuite à demander aux lecteurs leurs numéros de carte bancaire (sans aucun formulaire à remplir), et terminent leur lettre par des memes en l’honneur de PewDiePie.

Le Wall Street Journal n’a peut-être pas été ciblé au hasard. En 2017, c’est le média qui pointait du doigt le premier une vidéo à connotation antisémite postée par le vidéaste. Celui-ci avait perdu de gros contrats suite à ce « dérapage », y compris avec Disney et YouTube.

« Pourquoi ? Battre T-Series »

Joint par Motherboard, un hacker qui revendique l’attaque a expliqué que le but était clairement de « battre T-Series », qui compte actuellement près de 76 millions d’abonnés – l’écart entre les deux ne cesse de se réduire, puis se creuser de nouveau, grâce aux soutiens du Suédois.

PewDiePie, de son côté, a ri de la situation, et a même partagé la page en question. « Lol ils l’ont supprimé, le WSJ est toujours sur leur liste des personnes à viser », a-t-il écrit.

Le piratage semble avoir été rendu possible grâce à un employé peu au fait des problématiques de sécurité informatique. Son mot de passe aurait été le même mot que son pseudonyme, d’après le hacker qui revendique l’attaque. Le Wall Street Journal n’a pas confirmé cette information pour le moment, indiquant mener sa propre enquête en interne.

Partager sur les réseaux sociaux