Dans ses résultats du troisième trimestre de 2018, Netflix a annoncé avoir gagné 6,96 millions de nouveaux abonnés en trois mois, battant ses prévisions et celles des marchés.

Netflix a explosé toutes les attentes au troisième trimestre de 2018, a annoncé la plateforme de vidéo à la demande lors de la publication de ses résultats trimestriels ce 16 octobre 2018. Elle dispose désormais de 137,1 millions d’abonnés dans le monde : 58,46 millions aux États-Unis, et 78,64 millions à l’international, où sa progression est toujours la plus forte.

Netfix a gagné cinq fois plus d’abonnés à l’international (5,87 millions) qu’au niveau national (1,09 million), ce qui est logique au vu du nombre de foyers américains désormais équipés d’un abonnement. Dans le graphique ci-dessous, que nous avons réalisé à partir des chiffres officiels de la plateforme, on voit bien que c’est à la fois plus qu’au trimestre précédent, mais aussi près de 30 % d’abonnés gagnés en plus que l’an dernier à la même période (Q3 2017).

Netflix a réalisé un chiffre d’affaires de 4 milliards de dollars, contre 2,98 milliards l’an dernier à la même période. La plateforme se veut optimiste : Netflix mise sur un gain de 9,4 millions d’abonnés dans trois mois (Q4 2019).

Une croissance portée par l’international

Après des résultats solides mais décevants au trimestre dernier, Netflix a repris du poil de la bête et dépassé ses projections de 5,15 millions d’ajout au Q3.  « Cette variation par rapport à nos prédictions est notamment due à un gain de nouveaux abonnés plus important dans le monde, sur tous nos marchés, notamment en Asie », écrit le PDG Reed Hastings dans sa lettre.

Netflix a-t-il atteint un stade de « plateau » au niveau de ses abonnés américains ? De passage à Paris en septembre dernier, Reed Hastings nous avait confié au détour d’une interview devant quelques membre de la presse qu’il n’appréciait pas ce terme, mais concédait que la croissance aux États-Unis serait forcément moins forte qu’à l’international. « Il y a deux milliards d’utilisateurs de Facebook », a-t-il souri, pour montrer combien le marché potentiel qu’il visait était encore grand.Il a également précisé que la France était un des marchés qui grossissait le plus vite.

« Il faut que lorsque les consommateurs ont du temps libre, ils le passent sur notre service » 

Si Netflix martèle que la concurrence est saine, l’arrivée à la fois de Facebook et d’Apple, plus la concurrence de Disney et Amazon, rend le maintien de sa domination plus compliquée. « Au milieu de cette concurrence massive qui vient de tous les côtés, en plus des médias et diffuseurs traditionnels, notre travail est de faire en sorte que Netflix sorte du lot pour que, lorsque les consommateurs ont du temps libre, ils le passent sur notre service », rapporte l’entreprise dans sa lettre aux actionnaires. Pour cela, l’entreprise investit de plus en plus dans ses propres contenus originaux pour se différencier et rendre son catalogue incontournable.

Partager sur les réseaux sociaux