Amazon a été le premier à repérer et acquérir les droits de diffusion aux États-Unis de ce nouveau film d'anticipation avec Léa Seydoux et Ewan McGregor. Mais en France, c'est son concurrent Netflix qui en a décroché les droits. Explications.

Les voies des diffusions de films sont parfois impénétrables… D’autant plus lorsqu’il s’agit des plateformes de vidéo à la demande par abonnement. Le dernier exemple en date, avec le film d’anticipation Zoe sur Netflix en France, est l’exemple criant d’un système aussi complexe que curieux.

En avril dernier, le site Deadline rapportait qu’Amazon avait décroché les droits de diffusion du long-métrage très attendu de Drake Doremus, qui reprend des thèmes déjà beaucoup traités dans la fiction : l’amour entre être humain et machines, et l’existence d’une conscience des algorithmes. Ce fut annoncé comme un « gros coup » pour la plateforme d’Amazon, qui décrochait là un film très attendu, sur des thèmes porteurs, avec des acteurs connus (Léa Seydoux, Ewan McGregor). Dans la foulée, plusieurs médias ont annoncé que le film serait mis en ligne exclusivement sur Amazon Prime Video le 20 juillet 2018.

Capture d’écran de la bande-annonce de Zoe

Mais en France, surprise : le long-métrage a été présenté récemment dans la liste des contenus qui arriveront au mois de juillet… sur Netflix ! Et cette mise en ligne est prévue, elle aussi, pour le 20 juillet 2018. Comment un film, dont Amazon a acheté les droits de diffusion en premier se retrouve-t-il finalement en France sur la plateforme de son concurrent ?

Une négociation des droits par pays

Contacté par Numerama, Amazon Prime explique : ils ne disposent tout simplement pas des droits de diffusion pour la France. Dans son communiqué mensuel sur les nouveautés de juillet sur Prime Video en France, Amazon ne fait donc aucune mention du film Zoe, car il ne sera pas disponible sur son service. Le géant de e-commerce ne dispose en fait que des droits de diffusion nord américains.

De son côté, Netflix nous confirme que Zoe sera bien mis en ligne sur sa plateforme française le 20 juillet, ainsi que dans d’autres pays du globe, sans préciser lesquels.

Dans la description de la bande-annonce mise en ligne sur la chaîne officielle Prime Video le 25 juin 2018, Amazon affirme pourtant que le film sera « exclusivement sur Prime ». Il s’agit donc d’un raccourci : le film sera lancé sur prime aux États-Unis, mais pas forcément dans les autres pays.

Capture d’écran de la vidéo postée sur la chaîne YouTube Prime Video

Pour chaque région du monde, les plateformes de SVOD sont forcées de négocier les droits de diffusion d’un contenu — sauf pour les séries, films ou documentaires 100 % originaux qu’elles produisent, comme The Man in the High Castle pour Amazon ou Making a Murderer pour Netflix.

Or Zoe n’est pas un film produit par Amazon : la firme de Jeff Bezos a uniquement repéré le film lorsqu’il était présenté au festival du film de Tribeca en avril 2018, pour en acquérir les droits aux États-Unis. Sur plusieurs autres territoires, dont la France, c’est son rival Netflix qui a décroché le Graal.

Ce n’est pas la première fois que des diffuseurs s’écharpent sur les droits de diffusion d’un film en fonction des zones géographiques. Mais le film Zoe était tellement associé au nom d’Amazon que le voir sur une plateforme différente en France reste une surprise.

Amazon Prime Video toujours discret en France

Amazon a réalisé un lancement discret de son service Prime Video en France fin 2016, auquel ont accès tous les abonnés Prime (49 euros par an) sans frais supplémentaire. Forte de quelques exclusivités (Transparent, Mozart in the Jungle, The Grand Tour), la plateforme n’a toutefois pas mis les mêmes moyens que Netflix pour se faire connaître dans l’hexagone — ce qui pourrait changer, selon nos confrères d’IGN, qui faisait mention le 3 juillet dernier d’un remaniement de la communication pour aller vers des campagnes plus ambitieuses.

Zoe est un film d’anticipation qui semble miser sur un scénario futuriste ambitieux : il cumule à la fois les relations hommes-machines à la Her, la questions de la conscience de robots à la Real Humans mais aussi la prédiction mathématique de la durée de relation des couples, traitée récemment dans l’épisode Hang the DJ de Black Mirror.

Partager sur les réseaux sociaux