Comme chaque année, Ubisoft avait rendez-vous avec sa communauté. On va la faire simple : sa conférence 2018 est un remake de celle de 2017… en mieux réussi ?

Dès les premières minutes, on savait tout de suite où on mettait les pieds : un mec déguisé en panda commence à danser entouré d’une fanfare. Un moyen festif, d’aucuns oseraient la comparaison avec Le Plus Grand Cabaret du Monde, de lever le voile sur Just Dance 2019. Vite expédié, mais il ne faudrait pas changer les bonnes vieilles habitudes. Derrière, on balance un peu de Beyond Good and Evil 2. Ok, l’assemblée est convaincue, c’est joli et ça convoque notre nostalgie. On termine avec Assassin’s Creed Odyssey, officialisé il y a quelques jours. Ok, l’assemblée est convaincue. Entre les deux ? On remplit, on blablate, on affiche implicitement sa toute puissance (mais pas trop quand même). C’était la conférence pré-E3 2018 d’Ubisoft.

Conférence remake

Grosso modo, le show d’Ubisoft — et on peut bel et bien insister sur le coté spectacle de la chose — était le même que celui de l’an dernier. Mêmes happenings (coucou Miyamoto), mêmes jeux, même capacité à empiler les belles cinématiques flatteuses pour cacher l’absence totale de séquences de gameplay en direct (alors que la firme française le faisait très bien il y a quelques années). Il y a nécessairement un côté entourloupe : en apparence, le spectacle associé à la quantité de contenu a de quoi bluffer, mais laisse un arrière-goût amer. Que les fans se rassurent néanmoins : il y aura de quoi jouer, et certainement avec la qualité au rendez-vous, chez Ubisoft.

Pourquoi ce n’était pas très emballant ? Principalement parce que les jeux vidéo sont présentés comme des films. On préférera toujours voir quelqu’un avec une manette dans les mains sur scène que n’importe quelle star récitant un discours — même si les stars font parler et savent jouer sur scène : Ubi y a pensé en invitant Elijah Wood.

Ensuite, où sont les vraies surprises ? Par peur des fuites auxquelles il est hélas habitué, le géant avait déjà largué les amarres : on savait que The Division 2 et Assassin’s Creed Odyssey auraient droit à leur présentation. Dans le cas du premier, il a même été beaucoup mieux mis en avant chez Microsoft (avec du gameplay !). À titre informatif, quand même, sachez que The Division 2 apparaîtra comme l’épisode de la maturité : DLC gratuits et planifiés, Raids à huit joueurs et personnalisation plus poussés (classes, armes).

Longuet sans gameplay

Concernant Assassin’s Creed Odyssey, on a appris que l’on pourra choisir entre une femme ou un homme au début de l’aventure et qu’il sera possible de sélectionner des réponses dans les dialogues. La composante RPG s’affirme un peu plus, donc, mais on ne peut s’empêcher de penser à une skin très jolie de l’excellent Assassin’s Creed Origins. Sortie calée au 5 octobre.

Sinon, du côté des « annonces », on notera l’officialisation d’une version Switch pour le toys-to-life Starlink: Battle for Atlas. Pour en vendre, Ubisoft s’est carrément offert un caméo de Starfox. Bien joué. Il y aura aussi un nouveau Trials baptisé Rising et une grosse mise à jour pour For Honor. Pour terminer, on a eu droit à un bon gros quart d’heure de Skull & Bones, jeu de bateaux pirates dont la firme semble très fière, à une période de sortie pour le thriller en réalité virtuelle Transference (automne 2018) et une date pour le DLC Donkey Kong Adventure de Mario + The Lapins Crétins: Kingdom Battle (26 juin).

À l’année prochaine pour Watch_Dogs 3, Splinter Cell 5 et Rainbow Six Siege 2. Et un nouvel Assassin’s Creed, bien sûr. Sans oublier une vidéo de Beyond Good and Evil 2 et Just Dance 2020.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !