Phil Spencer a comparé Call of Duty à Minecraft, pour faire comprendre à Sony que la saga culte d’Activision ne deviendra jamais exclusive à l’écosystème Xbox.

Sony fait actuellement tout son possible pour faire capoter le deal retentissant entre Microsoft et Activision. L’un des arguments de la firme nippone pour convaincre les autorités concerne Call of Duty : elle craint que cette saga très populaire devienne à terme réservée à l’écosystème Xbox, ce qui serait un désastre pour l’industrie — et surtout pour les ventes de PlayStation. Mais cet argument pourrait ne pas tenir face aux propos récents du patron de la branche Xbox.

Interrogé le 26 octobre par le Wall Street Journal, Phil Spencer a indiqué, une nouvelle fois, que Microsoft ne fera jamais de Call of Duty un privilège des joueuses et joueurs Xbox. Il a fait le parallèle avec Minecraft, qui n’est jamais devenu une exclusivité Microsoft après le rachat de Mojang. Le jeu continue d’être proposé sur une multitude de plateformes.

Call of Duty: Modern Warfare II // Source : Activision
Call of Duty: Modern Warfare II. // Source : Activision

Microsoft rêve carrément de Call of Duty sur Switch

On pourrait croire que les propos de Phil Spencer ne sont tenus que pour convaincre les autorités chargées de valider ou d’invalider l’acquisition d’Activision. Il va encore plus loin : « Call of Duty sera disponible sur PlayStation. J’aimerais le voir sur Switch, j’aimerais voir ce jeu jouable sur beaucoup d’écrans différents. » Pour rappel, le dernier épisode à être paru sur une console de Nintendo est Call of Duty: Ghosts. C’était sur Wii U en 2013, il y a bientôt 10 ans.

Microsoft n’aurait aucun intérêt à rendre Call of Duty exclusif à son écosystème, au regard de l’immense potentiel commercial de cette saga. Chaque année, elle se hisse dans les hautes cimes des charts et c’est un capital sur lequel la multinationale peut continuer de compter. D’autant que Call of Duty est désormais attaché à un Battle Royale qui a déjà réuni plus de 125 millions de joueurs — lesquels ne sont pas tous sur Xbox.

Priver les consoles PlayStation de Call of Duty est un immense manque à gagner pour Microsoft, qui ne vise pas quelques millions de personnes, mais des milliards. « Il est surtout question du mobile avec cette opportunité [le rachat d’Activision]. Quand vous savez qu’il y a environ 3 milliards de gens qui jouent, il n’y a que 200 millions de foyers sur une console », rappelle Phil Spencer — une manière de rappeler que Xbox et PlayStation n’évoluent pas dans les mêmes sphères. D’où le parallèle avec Minecraft : Call of Duty est une marque immense qui doit être accessible sur un maximum d’appareils pour générer un maximum de revenus. Pour Microsoft, jouez à Call of Duty où vous voulez, tant que vous jouez à Call of Duty.


On a besoin de vous pour construire l’avenir de Numerama : participez à notre enquête !