Jusqu'à présent, Facebook réduisait la visibilité des fake news qui sont partagées, si elles sont détectées. Maintenant, le réseau social va aussi s'en prendre à certains profils.

Facebook a un plan contre la désinformation, énième épisode. Signe qu’il n’a toujours pas trouvé la bonne recette pour régler le compte des fake news, le réseau social américain a pris la parole le 26 mai pour présenter de nouvelles initiatives afin d’en limiter la propagation sur sa plateforme. Trois mesures sont décrites à cette occasion, mais l’une d’elles affectera directement les internautes.

Outre le déploiement, sur les pages qui partagent de façon récurrente de fausses allégations, d’un encart d’avertissement plus étoffé pour mieux prévenir le public que ce qu’il va lire n’est pas fiable, et un nouveau design pour les notifications liées aux contenus qui ont été contrôlés par du fact checking, Facebook va sanctionner les profils qui partagent trop de fausses informations.

Aujourd’hui, c’est la visibilité des fake news qui est réduite, si elles sont détectées. Mais si un compte en partage beaucoup, le réseau social ciblera directement le profil. // Source : Louise Audry pour Numerama

Facebook cache davantage les profils fautifs

Concrètement, il s’agit de faire perdre de la visibilité à ces profils sur le réseau social, sans toutefois les masquer totalement de la plateforme. Détail notable, l’étendue de la mesure est générale, c’est-à-dire qu’elle s’applique aux publications litigieuses et aux autres, plus personnelles. « Nous réduirons la diffusion de toutes les publications dans le fil d’actualité venant du compte Facebook d’un individu », est-il annoncé.

Facebook ajoute que cette disposition ne s’applique que dans les cas de partages répétés d’articles qui ont été évalués par des fact checkers. Le réseau social ne précise pas à partir de quel seuil cette perte de visibilité se déclenche. Cette condition vise de toute évidence à éviter de sanctionner trop brutalement des comptes qui ne paraissent pas faire du zèle dans ce domaine.

Pour ces cas de figure, Facebook a déjà un plan en place : dans le cas où une personne, qui ne semble pas être un activiste de la désinformation, partagerait quand même une actualité qui a été identifiée comme fausse par les médias partenaires de Facebook, alors seule la visibilité de cette publication sera réduite dans le fil. Les autres contributions ne seront pas touchées.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo