Pokimane, une des stars de Twitch, a limité la somme que ses fans peuvent lui donner. C'est une première dans le milieu, mais qui révèle un problème qui touche uniquement les streameuses.

« Merci à tous pour votre soutient, qui m’a permis d’en arriver au point où je trouve désormais que [les dons au-delà de 5 dollars] sont inutiles ». Une annonce comme celle-ci peut paraître dérisoire, et pourtant, elle change la donne dans le petit monde des streameurs de jeux vidéo.

C’est Pokimane, l’une des streameuses stars de Twitch, mondialement connue, qui a annoncé la nouvelle le 2 novembre 2020 sur son compte Twitter.

Twitch permet en effet aux abonnés et aux spectateurs de faire des dons aux streameurs et streameuses qu’ils aiment, en plus des abonnements mensuels qu’ils peuvent prendre. Jusqu’à présent, il n’y avait pas de limite à ce qu’une personne pouvait donner. Le fait qu’une joueuse ait choisi de mettre une somme limite à ces donations est loin d’être anodin : en plus d’être une première, cette régulation soulève de nombreux problèmes, propres au monde du streaming, comme les relations déséquilibrées entre fan et vidéastes et les remarques ou comportements très dérangeants de certains abonnés avec les femmes streameuses.

« Je tiens à tous vous remercier, pour m’avoir soutenue et aidée financièrement »

De son vrai nom Imane Anys, Pokimane a commencé à streamer sur Twitch en 2012, au tout début de la plateforme. Elle en devient très vite l’une des figures les plus importantes, au point d’être une des ambassadrices de la TwitchCon de 2018, et de compter plus de 6 millions d’abonnés. Sa longévité et sa popularité sur la plateforme lui ont également permis de signer un peu plus tôt dans l’année un partenariat avec Twitch de plusieurs millions d’euros, selon le site anglophone Kotaku.

C’est en partie pour cette raison que Pokimane a choisi de ne plus accepter de donations supérieures à 5 dollars, l’argent n’étant plus une priorité pour elle. « Je tiens à tous vous remercier, pour m’avoir soutenue et aidée financièrement quand j’étais au lycée ou quand je m’étais endettée de 20 000 $ pour faire mes études, et jusqu’à aujourd’hui, où je suis très très chanceuse d’être dans cette position », a-t-elle précisé dans un live le soir même de son annonce sur Twitter.

Si la décision a été saluée sur Twitter (d’autres streameurs important ont notamment écrit avoir adoré l’idée), de nombreux internautes ont néanmoins soulevé un autre enjeu : à la base de cette limitation dans ses donations, il n’y a pas que des soucis économiques, mais la relation étrange des fans, particulièrement des fans masculins, avec leurs vidéastes préférées.

Les « simps »

Les « simps » (c’est un mot qui vient de « simpleton », qui veut dire « benêt ») seraient la version masculine des « fan girls », de jeunes garçons ou parfois des hommes absolument fascinés et obsédés par les vidéos de certaines vidéastes féminines. Au point, parfois, de leur donner des sommes très importantes, dans l’espoir de retenir leur attention et d’avoir ainsi une relation privilégiée avec elles. Souvent représentés comme des amoureux éperdus, les « simps » sont régulièrement moqués par les masculinistes, qui voient en eux des hommes complètement inféodés à des femmes, qui se serviraient d’eux uniquement pour leur argent.

Cette réthorique est tellement populaire qu’une polémique autours de Pokimane et de ses « simps » a éclaté en mai 2020 sur Youtube. It’sAGundamn, un vidéaste américain connu pour ses propensions à créer du drama gratuitement, publie une vidéo intitulée « Un simp devient volontairement sans-abri pour Pokimane ». Pendant 20 minutes, il raconte l’histoire d’un fan, qui aurait continué à donner 1 000 dollars par mois à Pokimane, alors même qu’il avait des retards de payement sur son loyer. Les commentaires du fan en question ont beau avoir été des blagues, l’affaire est prise très au sérieux, au point que deux mois plus tard, un autre Youtubeur publie une nouvelle vidéo pour la critiquer (elle a depuis été supprimée). Cette fois, Pokimane est accusée de mentir sur son célibat pour mieux attirer les fans masculins, et leur prendre tout leur argent.

La polémique a pris tant de proportions que la vidéaste a pris la parole sur le sujet, rappelant que les commentaires de gens se vantant de lui donner tout leur argent n’étaient que des mensonges ou des blagues, et qu’elle préférait garder sa vie personnelle en dehors de Twitch non pas pour piéger des fans, mais pour se protéger elle. La limitation des donations a relancé le débat, et de nombreux streamer ont compris que c’était bien pour protéger ses « simps » que Pokimane avait fait ce choix, ce qui en dit long sur la charge supplémentaire qui incombe aux femmes qui streament.

Pokimane // Source : Pokimane / Youtube

Un problème féminin

Encore une fois, les vidéastes féminines sont les seules à faire face aux critiques autour de leurs fans, et les seules accusées de mentir sur leurs relations pour gagner encore plus d’argent. Ce genre de critiques, très récurrentes dès qu’une streameuse rencontre un peu de succès, s’accompagnent de plus régulièrement d’insultes et de commentaires sexistes.

Le comportement même des « simps » est d’ailleurs très dérangeants. Sur YouTube, on trouve des compilations de moments où on peut entrapercevoir les fesses de la vidéastes, ou des passages les plus « sexy » de ses vidéos… Des problèmes que les streameurs masculins sont loin de rencontrer à la même échelle.

Partager sur les réseaux sociaux