Depuis l'année dernière, la région Île-de-France offre aux lycéens de seconde des ordinateurs portables. L'opération est pourtant critiquée sur Twitter : les ordinateurs ne seraient pas assez puissants, inutiles pour la moitié des lycéens, et auraient coûté trop cher... Cependant, ces affirmations ne sont pas toutes vraies.

Le dimanche 4 octobre 2020, un utilisateur de Twitter publie un long thread sur le réseau social : il a eu accès à un des ordinateurs fournis aux lycéens par la région Île-de-France, et il est plus que mécontent. Processeur pas assez puissant, sans suffisamment de capacité de stockage, impossibilité de télécharger des logiciels… un « gâchis de ressources et d’argent public ». Alors qu’il n’a que quelques centaines de followers sur le réseau social, son thread est retweeté plus d’un millier de fois, beaucoup s’indignent, critiquent la gestion de la région, et de sa présidente, Valérie Pécresse.

Pourtant, certains d’éléments du thread sont faux ou approximatifs. Ces ordinateurs sont-ils vraiment si inutiles que ça ? Numerama fait le point.

La vidéo de Valérie Pécresse

Avant même de parler directement des ordinateurs, le professeur note un détail important : dès le démarrage de l’ordinateur, une vidéo de Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, se lancerait automatiquement sur tous les appareils. C’est vrai : plusieurs personnes nous ont confirmé ce détail, bien qu’il soit possible de ne pas regarder la vidéo en entier et de passer à autre chose. Numerama n’a pas réussi à avoir directement accès à la vidéo, mais a retrouvé celle qui avait été diffusée l’année dernière, lors de la première vague de distribution d’ordinateurs portables et de tablettes aux lycéens.

Le message de Valérie Pécresse avait alors été jugé trop politique par le syndicat FSU Île-de-France, qui le qualifiait « d’autopromotion » et qui avait publié un communiqué de presse demandant à ce qu’il soit supprimé. Contacté par Numerama, le co-secrétaire régional du FSU Île-de-France nous explique avoir, en tant que professeur d’une classe de seconde, reçu cette année un ordinateur de la part de la région. Le message de Valérie Pécresse est cette année « d’une teneur différente », décrit Jean-François Gay. « L’année dernière, la vidéo était vraiment de l’autopromotion, elle s’appropriait le programme. Cette année, son discours est nettement différent, elle précise que c’est une action de la région, et elle mentionne la fracture numérique, la situation sanitaire, etc.  ».

Est-il impossible de télécharger des logiciels ?

Le deuxième défaut pointé du doigt, ce sont les ordinateurs « bridés », sans possibilité de se connecter à une session administrateur et de télécharger des logiciels. Ce point est vrai, ce sont bien des ordinateurs bridés, comme le reconnaît Jean-Yves, le président et fondateur d’Unowhy, l’entreprise française en charge de la production des ordinateurs. « Si on donne accès à l’administration du système, c’est la porte ouverte aux virus et aux logiciels piratés, donc il y a un vrai risque. C’était un choix, mais c’est seulement le temps que les enfants sont au lycée ». Les ordinateurs sont en effet « prêtés » le temps de la scolarité, mais les lycéens conserveront leurs ordinateurs une fois leur baccalauréat obtenu, et ils en seront cette fois propriétaires.

Toutefois, même sans codes administrateur, il est possible de télécharger certains programmes. Ainsi, les logiciels et applications disponibles sur le Microsoft Store, telles que Spotify ou Discord, peuvent être installés sur les ordinateurs, comme nous l’ont confirmé deux lycéens : « Ils peuvent également télécharger des logiciels qui sont sur une liste et s’ils en veulent d’autres, il faudra demander à l’administration de leur lycée », complète Jean-Yves Hepp.

La marque est-elle chinoise ?

C’est ensuite la marque des ordinateurs qui est critiquée par le thread. Unowhy, décrite comme un fabricant chinois inconnu en France, est pourtant bien française — ses pièces sont toutefois assemblées en Asie, comme l’a souligné BFM Tech. Si elle n’est pas aussi connue auprès du grand public que d’autres grands acteurs du secteur, Unowhy existe depuis plus de 10 ans et a déjà décroché des contrats dans le milieu éducatif, nous a informé son président.

La puissance de l’ordinateur est-elle suffisante ?

Les caractéristiques techniques de l’ordinateur décrites dans le tweets ne sont pas tout à fait exactes. Les portables possèdent bien 4 Go de ram, mais leur capacité de stockage n’est pas de 30 Go : elle est de 64 Go. C’est l’installation de Windows (qui prend entre 26 et 28 Go), et d’autres logiciels qui prend de la place, ce qui fait qu’il n’y a pas autant de capacité de stockage utilisable que celle indiquée sur la fiche technique. « Sur les 30 Go restants, les élèves peuvent stocker leurs devoirs et c’est déjà pas mal  », justifie Jean-Yves Hepp. « Si ce n’est pas assez, ils peuvent brancher une carte SD et avoir plus de place ».

Ensuite, il s’agit bien d’un processeur Intel Celeron, mais le lien du tweet ne nous amène pas vers le bon modèle. Il s’agit d’un Intel Celeron N4100, et non pas du N3450. Il est cependant vrai que ce modèle n’est pas le plus puissant du marché. «  Les caractéristiques des ordinateurs sont adaptés à de l’usage scolaire et personnel. C’est sûr qu’ils ne pourront pas faire de montage vidéo professionnel avec, mais ils peuvent quand même aller sur les réseaux sociaux, jouer à certains jeux.. C’est le meilleur rapport qualité prix ces machines-là  », explique Jean-Yves Hepp. Il est cependant peu probable que les élèves pourront jouer à des jeux demandant une grosse puissance. « Même le navigateur Google Chrome sera lent sur ces machines  », explique Clément Grandjean, un confrère de Frandroid, spécialiste hardware, que nous avons interrogé.

Les caractéristiques techniques de l’ordinateur Unowhy // Source : Unowhy

Il est cependant exagéré de dire qu’il sera impossible de faire tourner Windows pendant plus de 6 mois sur ces ordinateurs, comme l’affirme le thread. « 4 Go de ram, c’est encore la norme pour plein d’ordinateurs  », insiste Jean-Yves Hepp. Pour Clément Grandjean, si les différentes mises à jour de Windows ou des logiciels installés vont peu à peu prendre plus de place en termes de stockage, la machine pourra continuer de fonctionner bien plus que six mois. « Sur le papier, l’ordinateur pourra tourner aussi longtemps que Windows 10 se base sur une architecture x64. »

Des ordinateurs en grande partie non-utilisés ?

Il est ensuite fait mention dans le thread d’une statistique, non-sourcée : la moitié des élèves de seconde n’aurait pas besoin de ces ordinateurs, et ne s’en servirait donc pas. Si Numerama n’a pas pu trouver de chiffres précis sur l’équipement en ordinateurs portables des lycéens franciliens, nous eu accès à une étude menée par l’organisme allemand Statista. Dans son rapport, « Proportion de personnes disposant de plusieurs ordinateurs à domicile en France de 2019, selon la tranche d’âge », il est indiqué que 44 % des 12-17 ans en France à cette période avaient accès à plusieurs ordinateurs chez eux. Si les statistiques dans la région Île-de-France ne sont certainement pas les mêmes, dans un contexte de crise sanitaire, le risque de fracture numérique ne peut être ignoré. Même si les chiffres donnaient raison au thread Twitter, rien ne dit que la moitié de ces ordinateurs finissent dans un placard.

Début avril 2020, Numerama montrait dans une enquête combien il était difficile pour certains élèves de suivre les cours à distance pendant le confinement qui a contraint la population française à rester chez elle pendant près de deux mois. De nombreuses familles n’ont pas d’ordinateur, et certains ont dû se contenter de travailler sur leur smartphone (ou celui de leur parent), ce qui est loin d’être idéal.

Ordinateur et tablette Unowhy // Source : Unowhy

Les établissements ont-ils été consultés ?

Autre point critiqué par le tweet, le fait que personne n’ait été consulté. C’est pourtant faux : la région Île-de-France indique dans son dossier de presse sur la rentrée scolaire 2020-2021 avoir interrogé les établissements. « En 2019, 42 % des lycées généraux et technologiques avaient opté pour le numérique en choisissant très majoritairement les tablettes pour leurs élèves de seconde et de première, et leurs professeurs. Après évaluation de cette année : le choix de l’ordinateur s’avère meilleur pédagogiquement. La Région va le généraliser à 100 % des élèves pour lutter contre la fracture numérique », peut-on ainsi lire dans les pages du dossier.

Enfin, le chiffre avancé dans le thread de 180 millions d’euros est le bon. Le coût de l’opération nous a été confirmé par la région Île-de-France. À noter qu’il est à repartir sur deux ans, les premiers ordinateurs ayant été distribués dans certains lycées l’année dernière.

Partager sur les réseaux sociaux