Un an après la loi contre les fake news, le CSA avance d'un pas, avec la création de deux nouvelles équipes, dont un comité d'experts qui aura pour rôle de l'épauler dans ses décisions.

Pour lutter contre la désinformation, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a décidé de créer deux nouvelles équipes dédiées. Elle seront composées d’experts, a-t-il annoncé dans un communiqué publié ce jeudi 12 décembre.

En 2018, le gouvernement français a voté une loi contre la désinformation, souvent surnommée la loi anti fake-news — ou devrait-on dire, infox. Il y demandait au CSA de développer des dispositifs pour superviser sa mise en œuvre sur les grandes plateformes de contenus.

Emmanuel Macron a poussé la loi sur les fausses informations. // Source : Capture d’écran / France TV Info

En mai 2019, le CSA explique avoir commencé son travail en envoyant aux plateformes en question une liste de recommandations. Il annonce qu’il publiera bientôt les résultats de cette première étape.

Pour aller plus loin, le CSA s’entoure aujourd’hui de deux nouvelles équipes : une « équipe projet » et un « comité d’experts ».

Une équipe de 18 personnes

L’équipe projets réunit 9 personnes, issues du CSA. Elle est dirigée par Lucile Petit, la cheffe du département au sein de la direction des médias télévisuels. Elle devra répondre, précise le communiqué, à 3 objectifs principaux : poursuivre le travail de recommandations prévu par la loi et évoqué ci-dessus, assurer la communication avec le comité d’experts, et « anticiper de futures régulations visant à lutter contre les contenus haineux sur internet. »

Le comité d’experts sera lui présidé par Michèle Léridon, présidente du groupe de travail sur les droits et libertés, le pluralisme et la déontologie au CSA. Il sera aussi composé de 18 experts capables d’éclairer le CSA sur les enjeux juridiques, économiques, scientifiques, technologiques et éthiques de la désinformation. Il se penchera sur des questions comme la transparence des algorithmes ou la lutte contre les bots qui propagent de fausses informations.

Le CSA consultera ce comité lorsqu’il prendra des décisions à ce sujet. Le comité sera aussi en mesure de formuler des avis ou de faire des propositions.

Le groupe d’experts se réunira pour la première fois ce vendredi 13 décembre. Il se verra ensuite plusieurs fois par an. Parmi ses membres, on trouve des professeurs et professeures d’économie ou droit privé réputés, le secrétaire général de l’association Reporters sans frontières ou encore des personnalités des médias comme Bruno Patino, le directeur éditorial d’Arte France, ou Pauline Talagrand, cheffe adjointe au service des réseaux sociaux et du fact-checking de l’AFP. Il y aura également Sophie Viger, développeuse et directrice générale de l’école 42.

Partager sur les réseaux sociaux