Alors que Google a déjà déréférencé des centaines de milliers de liens liés à YggTorrent, le site spécialisé dans les contenus culturels piratés a changé d'adresse début décembre.

Si un jour les ayants droit obtiennent de la justice le blocage du site YggTorrent, il sera sans doute intéressant de constater quelle sera la méthode qui sera choisie pour empêcher les internautes d’y accéder. Le site de liens BitTorrent change très souvent d’adresse, ce qui, de fait, limite la portée des mesures techniques habituelles (le placement d’une URL sur liste noire, pour faire simple) qu’un fournisseur d’accès à Internet peut prendre pour se conformer à l’injonction d’un tribunal.

La bougeotte d’YggTorrent s’est encore constatée le 2 décembre, avec la mise en place d’une nouvelle adresse par défaut. Elle se base sur le domaine national de premier niveau attribué aux Îles Samoa (« .ws »), dans le Pacifique. La précédente adresse, qui utilise une extension associée au Pérou (« .pe »), reste active, mais une redirection a lieu. Idem pour l’adresse suisse (« .ch »), islandaise (« .is »), tongienne (« .to ») et guernésiaise (« .gg »).

Aucune explication n’a été donnée sur les raisons de ce déménagement. La nouvelle a été annoncée sur Twitter le 2 décembre, en amont de la migration.

Les demandes de déréférencement viseront bientôt la nouvelle adresse du site.

Retrait de milliers de liens de Google

Il est possible que cela ait à voir avec les nombreuses adresses d’YggTorrent qui ont été déréférencées au fil du temps. Dans son rapport de transparence, Google indique que les ayants droit ont signalé plus de 172 000 adresses liées à YggTorrent (« .pe »). Sur cet ensemble, plus de 70 % des signalements ont abouti à une suppression de l’URL de l’index du moteur de recherche. Le reste est constitué de doublons ou de liens qui ne figuraient pas dans Google.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, aucune demande de déréférencement ne touche le site avec l’adresse en « .ws ». Mais il est évident que les liens ne tarderont pas à affluer, car les ayants droit ont à chaque fois renouvelé leurs demandes dès qu’une nouvelle adresse était mise en place par YggTorrent. D’autant qu’il existe un accord depuis 2017 qui prévoit le déclassement des contenus illicites dans les résultats d’une recherche Google, afin de ne pas orienter les internautes sur ces sites.

YggTorrent est une plateforme francophone qui est apparue en 2017 et qui s’est spécialisée dans l’hébergement et le référencement de liens BitTorrent. Ceux-ci servent à récupérer, à travers un logiciel approprié (comme µTorrent, Qbittorrent ou Vuze), des contenus culturels qui ont été piratés — films, musique, jeux vidéo, séries, logiciels, etc. Le site a vu le jour après la disparition de T411 et fusionné par la suite avec un autre site qui se présentait lui aussi comme l’héritier de T411.

Partager sur les réseaux sociaux