Google précise ses plans pour se conformer à la loi européenne.

Mercredi 25 septembre, Google a convié la presse à une table ronde pour évoquer les modifications liées à ses services, faisant suite aux décisions européennes sur le droit d’auteur et rapidement appliquées dans le droit français. Cette même presse qui avait mené une campagne de lobbying européen massif, dirigée notamment par les agences de presse fournissant des dépêches, sait aujourd’hui que Google ne leur paiera pas de redevance pour l’affichage des résultats dans la recherche, News ou les onglets Discover des différents smartphones Android. Ce modèle économique vivement critiqué par les médias pure player et les militants et associations connaissant le numérique avait pourtant convaincu l’Europe.

Des changements dans Google

En pratique, dès le mois d’octobre 2019 en France, premier pays à avoir transposé la directive européenne dans son droit national par la «  Loi n° 2019-775 du 24 juillet 2019 tendant à créer un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presse », Google retirera par défaut les informations contextuelles autour d’un article de presse. Il continuera d’indexer le titre de l’article, qui n’entre pas dans le prisme de la loi, mais enlèvera une éventuelle description, une miniature et toute intégration éventuelle à des snippets, ces formats contextuels qui permettent de trouver directement dans le moteur de recherche des informations pertinentes (directs, biographies succinctes, FAQ, tutoriels, etc.).

En rouge, ce qui pourra changer. En vert, ce qui restera comme avant. // Source : Capture d’écran Numerama

Pour continuer à fournir des résultats enrichis, les médias devront donner leur accord à Google de les utiliser gratuitement. Il s’agit notamment d’arguments techniques : des marqueurs à ajouter dans les pages web qui donneront le feu vert au géant américain pour utiliser les éléments que le média souhaite. Ces nouveaux outils, dont les équipes techniques des rédactions devront s’emparer, permettront une granularité très poussée : un média pourra choisir par exemple combien de secondes d’une vidéo hébergée chez lui peut apparaître en snippet sur Google. Cela concerne également le texte de « preview », qui correspond parfois au chapeau de l’article, mais aussi l’image ou toute autre information riche contenue dans un article web.

Pour Google, ses services gratuits sont déjà rémunérateurs

Pour répondre à la rhétorique des agences de presse, AFP incluse, qui estime perdre des revenus à cause de la diffusion des informations qu’elles font payer à leurs partenaires médias (les copier-coller des dépêches que vous trouvez sur chaque sujet), Google répond par des chiffres : en Europe, les services Google génèrent 8 milliards de visites sur des sites de presse chaque mois — ce qui exclut tous les sites qui ne sont pas des médias. Libre ensuite aux médias de transformer ces visites en revenus : soit par de la publicité, soit par des abonnements. Dès lors, le géant de Mountain View estime qu’il fait sa part du marché — l’expérience en Espagne, où Google avait enlevé News à la demande de l’état, avait été un fiasco. Et un confrère de plaisanter : « Avez-vous songé à faire payer les médias pour apparaître dans la recherche ?  »

Ce à quoi Google répond par la négative, tout à fait logiquement : c’est bien parce qu’un moteur de recherche ne peut souffrir d’une influence commerciale qu’il ne sera jamais question de rémunérer ou de faire payer des médias pour un affichage dans les résultats. Le rôle des publicités dans les résultats, qui sont le seul outil payant pour apparaître en haut de page sur une requête, n’a rien à voir avec les algorithmes de recherche, qui dépendent de milliers de facteurs non marchands. Et Richard Gingras, vice-président « News » chez Google qui nous reçoit pour cette table ronde, en est convaincu : pour les médias, les services Google sont un kiosque, qui laisse à ceux qui s’y exposent la liberté de traiter les audiences générées comme ils l’entendent.

Reste maintenant une inconnue : comment les médias qui ont fait croisade pour faire payer Google réagiront-ils ? Si tous ces changements n’ont aucun impact sur la position d’un site dans Google ou dans News, les résultats des médias qui auront accepté de fournir des informations enrichies seront mécaniquement plus visibles — image, paragraphe de contexte, etc.  Et, probablement, plus cliqués.

 

La description des changements par Google // Source : Google

Partager sur les réseaux sociaux