Chelsea Manning était en prison depuis une soixantaine de jours, pour avoir refusé de témoigner à propos de WikiLeaks. Elle a finalement été libérée.

Chelsea Manning aura passé 62 jours en prison. La lanceuse d’alerte a été libérée jeudi 9 mai, ont raconté ses avocats dans un communiqué de presse. Elle avait été placée en détention pour avoir refusé de témoigner à propos de WikiLeaks, une organisation à qui elle avait transmis des informations confidentielles il y a quelques années maintenant.

Mais elle risque d’y retourner dès la semaine prochaine.

Une nouvelle assignation à comparaître le 16 mai

Chelsea Manning a été libérée car la période maximale de sa détention a été atteinte. Ce délai avait été fixé lors d’une audience devant le grand jury d’une Cour de Virginie, aux États-Unis. Le jury demandait à l’ex-informatrice de témoigner à propos de WikiLeaks, ce à quoi l’intéressée s’est toujours refusée.

Chelsea Manning
Chelsea Manning. // Source : Fredrik Lundhag

Les avocats ont nuancé la nouvelle de la libération de Chelsea Manning. Avant même qu’elle soit sortie de prison, elle a reçu une nouvelle assignation à comparaître. « Cela signifie qu’elle devra se présenter devant un grand jury différent, le 16 mai 2019, soit une semaine après sa libération », est-il écrit dans le communiqué. «  Il est possible qu’elle soit de nouveau accusée d’outrage au tribunal [lorsqu’on désobéit ou manque de respect à une Cour, nldr] et qu’elle retourne en garde à vue (…), peut-être dès le 16 mai », est-il précisé.

Les avocats ont indiqué que Chelsea Manning ne parlerait pas davantage devant ce second tribunal. « Elle continuera de refuser de répondre aux questions », disent-ils.

Un peine de prison déjà effectuée

Chelsea Manning travaillait il y a quelques années en qualité d’analyste, dans les services de renseignement de l’armée américaine. Elle avait pu obtenir des documents confidentiels qu’elle avait transmis à WikiLeaks, la plateforme — aujourd’hui controversée — de Julian Assange.

Elle a été arrêtée en 2011 pour ce motif, et détenue jusqu’en 2013. Elle a alors été condamnée à 35 ans de prison mais n’en a fait que 5, sur une décision de Barack Obama, à la fin de son mandat présidentiel.

Sa détention depuis plusieurs semaines n’était pas liée directement à cette affaire. Ce n’est pas pour des faits d’espionnage mais uniquement parce qu’elle a refusé de témoigner devant la Cour sur WikiLeaks et Julian Assange que Chelsea Manning est aujourd’hui inquiétée.

Julian Assange a été arrêté en avril par la police britannique, alors qu’il s’était réfugié dans l’ambassade d’Équateur. Deux mandats d’arrêt avaient été émis contre lui, l’un étant pour sa non-présentation devant une Cour de justice, dans le cadre d’une affaire d’agression sexuelle.

Partager sur les réseaux sociaux