Le réseau social Instagram a été pointé du doigt par des militantes anti-grossophobie. Elles ont remarqué que le hashtag #grosse renvoyait à une page d'aide.

Mise à jour du 27 mars 2019 : le lendemain de la publication de notre article, Instagram nous a contactés pour indiquer que l’écran lié à du contenu sensible avait été appliqué sur le hashtag #grosse par erreur. Il a été supprimé. « Désormais, tout le contenu lié à ce hashtag est désormais accessible sans avertissement », a précisé une porte-parole à Numerama.

Retrouvez ci-dessous l’article original daté du 26 mars :

Le système de modération d’Instagram est-il grossophobe ? Certaines militantes ont pointé du doigt, lundi 25 mars, une étrange pratique du réseau social. Plusieurs d’entre elles ont remarqué qu’il propose de « l’aide » aux internautes lorsqu’ils cherchent des photos de femmes grosses.

La militante féministe Amazing Graisse a publié l’information sur Twitter, après l’avoir vue sur Facebook sur le compte d’une autre militante qui ne souhaitait pas être nommée. Elles ont constaté qu’en cherchant le hashtag #grosse sur Instagram, une fenêtre pop-up apparaissait, leur demandant si elles avaient «  besoin d’aide ».

Numerama a fait le test et a pu constater la même chose. «  Les publications contenant les mots ou les tags que vous recherchez encouragent souvent un comportement pouvant nuire ou conduire au décès, est-il écrit. Si vous traversez des moments difficiles, nous sommes là pour vous aider ».

Lorsque nous avons fait le test, nous avons constaté que le tir n’avait pas été corrigé par Instagram. Deux choix apparaissaient dans la fenêtre pop up : « obtenir de l’aide » ou « voir les publications quand même ». En cliquant sur le premier, une fenêtre indiquant auprès de qui on peut trouver de l’aide s’affiche. Elle propose de contacter un ou une amie ou un service professionnel comme SOS Amitié…

Lorsqu’on recherche le #grosse sur Instagram. // Source : Capture d’écran Numerama

En choisissant la 2e option puis en allant dans l’onglet «  récentes » qui affiche normalement les dernières photos publiées, surprise : aucun contenu n’est disponible. « Nous avons masqué les publications comportant le hashtag #grosse pour protéger notre communauté en raison de contenus encourageant un comportement dangereux », est-il alors précisé.

Des femmes invisibilisées

Ce type d’outil a déjà été mis en place sur Instagram pour des sujets où il peut effectivement être utile d’obtenir de l’aide. C’est le cas pour les hashtags en rapport avec l’automutilation ou le suicide par exemple. Pour le mot-clé grosse, le lien n’est pas vraiment clair. Comme l’ont rappelé plusieurs militantes, ce terme n’est pas une insulte et le considérer comme tel est un acte grossophobe. « C’est la grossophobie et l’invisibilisation qui tuent les gros.ses. Cette hypocrisie est assassine », a écrit Amazing Graisse à ce propos. Contacté par Numerama, Instagram n’est pas encore revenu vers nous sur le sujet.

Ce n’est pas la première fois qu’Instagram fait parler de lui à ce sujet. Comme le rappelle Terra Femina, en mars, le réseau social avait supprimé la photo d’une mannequin grosse pour « pornographie ». Elle travaillait pour la marque de patrons de couture Petit patron, lancée par une vidéaste qui s’était offusquée de la décision d’Instagram :

Des femmes ont par ailleurs fait le lien avec la censure en général des corps féminins, notamment celle des tétons, sur Instagram.

Nous avons testé d’autres hashtags sur le réseau social. Le terme anglophobe #fat ne semble pas concerné. Les mots #maigre ou #mince ne le sont pas non plus, contrairement à des mots renvoyant directement à des troubles du comportement alimentaire comme #anorexie.

Le logo Instagram. // Source : Instagram

Partager sur les réseaux sociaux