Le terme infox est désormais inscrit au journal officiel, et remplacera l'anglicisme populaire « fake news ».

Fake News, le mot tendance collection 2017-2018, a enfin son équivalent français. Vous vous réveilliez le matin en vous demandant comment dire fake news en bon gaulois ? Vous ne teniez plus en place, vous vouliez cette traduction plus que tout, la voilà : « infox ». Ou « information fallacieuse », si vous n’êtes pas quelqu’un de marrant. Merci le conseil d’enrichissement de la langue française.

Braillé — ou plutôt tapé très fort sur Twitter — tous les deux jours par le président Américain Donald Trump, il est souvent utilisé pour porter une accusation contre la crédibilité de l’ensemble des médias américains (hors Fox News). Mais le terme a aussi traversé l’Atlantique avec brio. Lancé à tout-va, il a quasiment perdu de son sens : qui pourrait dire aujourd’hui ce qui rentre, ou ne rentre pas, dans la catégorie fake news  ?

Va-t-on parler de loi relative à la lutte contre les infoxs ? // Source : Richard Ying et Tangui Morlier

Du côté de la Commission d’enrichissement de la langue française, la fake news désigne « une information mensongère ou délibérément biaisée  ». La commission recommande de traduire l’expression par « information fallacieuse ». Ou autrement dit, une information qui cherche à tromper, à nuire. Mais puisque l’adjectif s’avère quelque peu alambiqué, ils ont aussi proposé un néologisme, condensé d’« information » et d’« intoxication ».

Du côté du dictionnaire collaboratif Wiktionnaire, on le défini par «  une fausse information, conçue volontairement pour induire en erreur et diffusée dans des médias à large audience  ».

Ni mensonge, ni intox, son nom est infox

« Mais pourquoi est-ce qu’on n’appelle pas ça tout simplement  « intox » ? », s’insurge-t-on à la rédaction de Numerama. Le diminutif d’intoxication semblait pourtant parfait pour endosser le rôle de fake news français. Si l’on cherche dans les définitions, on retrouve que « c’est un canular qui cherche à faire passer pour vrai ce qui est faux », et qu’il y a une idée de « matraquage » et de répétition. Plusieurs infox constitueraient donc une intox ?

Les fake news étaient jusque là traduites par « fausses nouvelles  ». Avouons qu’infox a au moins le mérité d’être amusant. Le vrai enjeu dans la définition de fake news se trouve dans le caractère intentionnel, dans le but de nuire, de leur création. Plus qu’un mensonge, il s’agit de fausses informations construites du premier au dernier détail dans le but de tromper une audience. Une opinion divergente ou un mensonge n’en sont pas.

Reste maintenant à voir si infox sera utilisé autre part que dans d’éventuels textes de lois (non) pour parler de fake news. 

Partager sur les réseaux sociaux