Une nouvelle enquête d’emarketer montre que la population de MySpace gagne en maturité. Si plus de la moitié des américains à consulter le site avaient en 2004 moins de 25 ans, cette proportion se voit réduite à 40% en 2007. Le réseau communautaire n’est donc plus forcément la cible privilégiée du marketing pour adolescents.

Mais ce n’est pas pour autant que celui-ci perd de l’intérêt à ses yeux, bien au contraire. Le « social networking » concerne une part assez faible des utilisations Internet (6%) par rapport aux sites de charme (11,6%,), à l’e-mail (10%) ou aux sites de divertissement (8,6%). Et pourtant, la spécialiste Debra Aho Williamsom note une grande affluence d’investissements publicitaires dans les sites de rencontre et les environnements « d’user generated content ».

La prolifération de réseaux de niches, et la globalisation de l’utilisation de MySpace, font que les services marketing n’hésitent plus à y investir des sommes considérables. L’enquête d’eMarketer prévoit 2,5 fois plus de fonds publicitaires en 2007 qu’en 2006, et 6 fois plus en 2010.