Au Kazakhstan, on compte de plus nombreux foyers connectés à la fibre optique qu'en France. Le pays a dévoilé une stratégie agressive pour le haut débit et gagner sa place en tant que nation du numérique.

« Kazakhstan, numérique 2020  » est le nom du projet du gouvernement kazakhstanais. Ce programme de dépenses lié à la modernisation de la nation d’Asie centrale, cherche à faire de cet état un pionnier du numérique. Le président Nazarbayev détaille ainsi un projet dont l’objectif serait «  l’amélioration de la qualité de vie de la population par le développement progressif de l’écosystème numérique et de la compétitivité économique du Kazakhstan  ».

Cet engagement s’est traduit, en 2018, par des résultats lors du classement FTTH Council Europe — Fibre To The Home, impulsé par des équipementiers — : le Kazakhstan se place, de peu, devant la France. Le pays compte en effet 15,1 % d’abonnés à la fibre optique, contre 14,9 % pour l’Hexagone. Le classement du FTTH est toutefois dominé par les économies orientales : Émirats arabes unis, Qatar, puis Singapour.

Astana, capitale politique du Kazakhstan.

La volonté gouvernementale espérait voir en 2020 78 % de la population connectée au web — elle le serait déjà à 77 % en 2017. Ce programme politique vise à rattraper le retard pris par la nation kazakhstanaise et à donner une nouvelle image du pays auprès des investisseurs. Ainsi, le Kazakhstan s’imagine en nouvelle terre pour jeunes pousses du numérique. À Washington, le président invitait IBM à ouvrir à Astana un incubateur de startups pour la FinTech. Ce nouveau lieu de rencontre d’entrepreneurs accompagnera le nFactoria Incubator que Numerama avait visité en septembre dernier.

Partager sur les réseaux sociaux