La Commission européenne ouvre un observatoire de la blockchain, une technologie qui est au cœur des crypto-monnaies mais dont l'utilité pourrait se déployer dans bien d'autres domaines. En particulier, Bruxelles veut faire de cette instance un lieu dans lequel « les meilleurs experts d'Europe » pourront échanger.

Si la Commission européenne s’inquiète de la bulle qui s’est formée autour du Bitcoin et des cryptomonnaies, bulle qui s’est toutefois bien réduite, ces dernières semaines au regard de l’effondrement important du cours de certaines devises virtuelles, il en va autrement des technologies qui y sont associées. Ainsi, la blockchain (ou « chaîne de blocs » en bon français) suscite de l’intérêt à Bruxelles.

La preuve avec l’annonce, jeudi 1er février, d’un observatoire-forum des chaînes de blocs de l’Union européenne pour « mettre en lumière les grandes évolutions de la technologie des chaînes de blocs, encourager les acteurs européens dans ce secteur », mais aussi « saisir les nouvelles opportunités offertes par la chaîne de blocs, accumuler de l’expertise » et faire de l’Europe le « leader du domaine ».

Plus précisément, l’observatoire aura pour mission de « collecter des informations, suivre et analyser les tendances, de se pencher sur les défis à relever et d’examiner le potentiel socioéconomique des chaînes de blocs ». L’instance se veut ouverte aux spécialistes de la technologie, mais aussi les innovateurs, les pouvoirs publics, les autorités de régulation et de surveillance ou les citoyens intéressés.

Et à ceux ou celles qui estimeraient que Bruxelles est en train de prendre le train en marche, la Commission tient à rappeler qu’elle s’investit sur ce dossier depuis plusieurs années déjà : des financements de projets ont lieu depuis 2013 et d’ici 2020, jusqu’à 340 millions d’euros pourraient être injectés dans des projets qui pourraient — notez le conditionnel — s’appuyer sur la blockchain.

europe-drapeau
CC Giampaolo Squarcina

Surtout connue pour son usage dans les cryptomonnaies, la chaîne de blocs a face à elle un vaste champ des possibles, puisqu’elle « apporte un niveau élevé de traçabilité et de sécurité dans les transactions en ligne ». Elle pourrait changer le visage de l’entreprise, mais aussi transformer l’assurance, la finance, l’énergie, la logistique, les services publics, la gestion de droits de propriété intellectuelle ou la santé.

La révolution à venir des services numériques et des modèles économiques via la chaîne de blocs commence d’ailleurs à être perçue par les entreprises elles-mêmes mais aussi par les autorités. À titre d’exemple, Bruno Le maire a pris une ordonnance autorisant son emploi pour l’échange de certains titres financiers, tandis que le Crédit Agricole a annoncé le test de la blockchain Ripple pour ses clients transfrontaliers.

Partager sur les réseaux sociaux