Facebook aurait-il pu agir plus vite contre la diffusion d'une vidéo de meurtre diffusée sur sa plateforme ? L'entreprise aurait-elle même pu empêcher l'assassinat en détectant les menaces publiées précédemment par le tueur ? La justice est saisie aux États-Unis.

Facebook aurait-il pu réagir avec plus de diligence pour effacer une vidéo de meurtre qui était restée pendant près de deux heures sur le réseau social avant d’être retirée par la modération ? Et surtout, les algorithmes du site communautaire auraient-il pu, ou dû, repérer le crime qui allait se produire et intervenir en amont, en prévenant la police, ce qui aurait peut-être permis d’éviter un mort ?

Telles sont les questions qui seront discutées au cours d’un procès visant Facebook. En effet, le média local News 5 Cleveland, cité par Le Monde, a constaté que la famille du défunt a porté plainte le 19 janvier contre l’entreprise américaine pour « négligence », estimant que le site, au regard de ses capacités d’analyse automatique, aurait été en mesure de détecter les menaces dites par le meurtrier.

Facebook
CC Marcin Wichary

Modération en 23 minutes

L’assassinat, survenu le 16 avril 2017, avait contraint Facebook, qui achevait trois jours plus tard la huitième édition de sa conférence annuelle, à s’exprimer sur cette affaire. Le réseau social avait alors expliqué n’avoir rien pu faire dans l’immédiat, faute de n’avoir reçu aucun signalement provenant de sa communauté lorsque la première vidéo, celle dans lesquelles des menaces de meurtre étaient proférées.

Ce n’est que lorsque la seconde vidéo, celle du meurtre, a été tournée et mise en ligne, que les premières alertes sont apparues. « Nous avons désactivé le compte du suspect dans les 23 minutes qui ont suivi la réception du premier signalement sur la vidéo du meurtre », avait dit Facebook. Mais 1 heure 45 s’était déjà écoulé entre la publication de la vidéo et la survenue de la première notification.

Un délai très long, trop, qui avait permis à la vidéo de se répandre et d’être dupliquée. Sur Facebook, il n’est aujourd’hui plus possible — et heureusement — de consulter cette vidéo dans son intégralité (des extraits sont disponibles, mais ils ne montrent pas le meurtre lui-même). Cependant, sur d’autres sites web, la séquence peut toujours être vue dans sa totalité.

Partager sur les réseaux sociaux