Pour promouvoir son unité de cyberdéfense auprès des Français et de ses futurs recrues, le ministère de la Défense a mis en ligne une vidéo de plus de 2 minutes qui mêle des airs de superproduction hollywoodienne et de vieux clichés.

Un fonds de musique angoissant puis entraînant, des bruitages électroniques, des hackers en cagoules, des consoles shell, des tirs de roquette, des drones, des uniformes, des effets spéciaux en pagaille, et surtout beaucoup de mots clés qui frappent les esprits. Pour promouvoir son département de cyberdéfense qui doit rivaliser avec les grandes entreprises du numérique pour recruter les meilleurs spécialistes, l’armée française a mis à son service tous les moyens de production de l’ECPAD (Agence d’Images de la Défense).

La cyberdéfense — dont Jean-Luc Le Drian veut faire un corps d’armée à part entière — est décrite dans cette vidéo comme « le combat numérique au service des opérations« . 

La vidéo évoque les principales missions du ministère de la Défense en matière informatique, en parlant des « vulnérabilités » contre lesquelles protéger les intérêts français, des opérations « dans le cyberespace » (sic) qui accompagnent les campagnes militaires au sol, des outils numériques des matériels militaires de pointe, de la collecte de données (« analyser« ), de la contre-propagande, mais aussi des actions offensives. 

L’armée parle ainsi de l’utilisation de la cyberdéfense pour « attaquer« , « détruire« , ou « perturber l’ennemi« , dans le cadre d’un « combat numérique« . Depuis 2014, l’OTAN considère qu’une cyberattaque est une agression pouvant donner lieu à une réponse militaire, et la France fait partie du centre de cyberdéfense de l’OTAN.

« Le cyberespace, nouveau terrain d’affrontement« , conclut la vidéo. 

https://youtube.com/watch?v=IpdabzKPwAI%3Frel%3D0%26controls%3D0%26showinfo%3D0

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !