Pékin continue sa stricte politique anti-VPN : un entrepreneur qui commercialisait un accès à ces serveurs privés virtuels - qui permettent notamment de contourner la censure du web - a été condamné à 5 ans et demi de prison.

La Chine a visiblement décidé de durcir ses sanctions contre les vendeurs de VPN, ces réseaux privés virtuels qui permettent (notamment) de contourner la censure gouvernementale du web. Un entrepreneur vient en effet d’être condamné à 5 ans et demi de prison pour avoir proposé de tels services aux internautes, comme le rapporte le New York Times.

La justice reproche à Wu Xiangyang d’avoir commercialisé des VPN sans les autorisations légales requises, de 2013 à juin 2017, et de s’être ainsi « enrichi illégalement » à hauteur de 792 000 yuans (un peu plus de 100 000 €). Il écope en outre d’une amende de 500 000 yuans (près de 64 000 €).

CC Nicolas de Camaret

Dans la lignée d’une campagne anti-VPN

Cette décision illustre la volonté chinoise de sévir contre les VPN, notamment depuis une récente législation qui impose aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) locaux de bloquer tout usage de ces réseaux privés virtuels d’ici février 2018.

Seule l’utilisation des VPN approuvés par le gouvernement sera admise, lui qui règne d’une main de fer sur le web, sous l’impulsion du président Xi Jinping.

En septembre, un vendeur de VPN avait déjà été condamné à 9 mois de prison, ce qui avait suscité un mouvement d’indignation sur le web chinois. Certains grands noms de la tech se sont également pliés à cette campagne anti-VPN, comme Apple, qui a supprimé plusieurs applis VPN en juillet à la demande du gouvernement.

Partager sur les réseaux sociaux