Le gouvernement débloque une enveloppe de 100 millions d'euros pour soutenir le déploiement du « bon haut débit » dans les territoires les plus isolés, d'ici 2020. Un chèque de 150 maximum pourra être perçu par les foyers concernés.

On le sait depuis cet été : le gouvernement ne croit pas à la soutenabilité du plan Très Haut Débit. En tout cas, pas à celui qui propose de poser de la fibre optique sur tout le territoire. À la place, le Palais de l’Élysée est favorable à une solution mixte incluant d’autres technologies, comme la 4G. «  On ne la mettra pas partout jusqu’au dernier kilomètre dans le dernier hameau », avait averti le chef de l’État.

En réalité, la 4G non plus ne sera pas forcément disponible jusque dans la dernière bourgade. Pour les endroits les plus reculés, des solutions supplémentaires, à base de réseaux hertziens comme la 4G, sont sur la table : c’est le cas de la boucle locale radio et des satellites de télécommunications. Et ce sont sur ces alternatives que l’exécutif entend miser pour les régions très isolées.

village
CC ?ukasz Czechowicz

C’est ce qu’a expliqué le premier ministre Édouard Philippe, à Cahors. « On doit assurer la qualité de la connexion dans chaque maison de chaque hameau de France. Pour y parvenir, on utilisera un mix de plusieurs technologies : la fibre, la montée en débit, l’utilisation du réseau mobile, la boucle locale radio, le satellite », a-t-il fait savoir jeudi 14 décembre, en fonction de l’accessibilité des territoires.

Dans le cas particulier des zones « les plus isolées », qui comprennent entre 1,5 et 2 millions de foyers, le locataire de Matignon a annoncé le déblocage d’une enveloppe spéciale de 100 millions d’euros qui permettra aux « ménages qui en auront besoin [de] recevoir un chèque (150 euros max) leur permettant de financer l’achat d’une parabole, d’une antenne ou d’une box ».

guichet-cohesion-numerique
Les étapes imaginées par le gouvernement.

Pour accompagner les personnes concernées selon leurs besoins et « favoriser la pénétration des solutions hertziennes » plutôt que de les faire miroiter en vain l’arrivée de la fibre optique, ou même de l’ADSL, un guichet unique est mis en place. Il est annoncé par ailleurs l’arrivée mi-2018 d’une plateforme d’information (ce qui ne sera pas très pratique pour ceux pas ou très mal connectés).

Et tout cela, pour quel objectif de débit ?

Un « bon haut débit », ce qui se traduit dans la tête du gouvernement à une liaison capable d’acheminer des contenus à 8 Mbit/s au minimum. On est certes très loin des promesses de la fibre optique, mais Édouard Philippe a tenu à rappeler qu’on peut télécharger un film en qualité DVD en une heure, surfer sur internet de manière fluide, téléphoner, écouter la radio ou organiser une visioconférence sans bug.

Et à quelle date ce déploiement du bon haut débit sera achevé ? 2020, est-il promis.

Partager sur les réseaux sociaux